Fermer la publicité

Fêtes de quartier : ils chargent le cahier des charges

Loire le 12 juin 2015 - Xavier Alix - Agglomération stéphanoise - article lu 268 fois

Fêtes de quartier : ils chargent le cahier des charges
DR Ville de Saint-Etienne - 40 000 EUR consacrés à 17 fêtes cette année

Lors du conseil municipal lundi, la Ville a voté un total de 40 000 € de subventions à l'organisation des Fêtes de quartier, la majorité se défendant de l'accusation d'orientation de la part de l'opposition.

« Rocambolesque », estime le conseiller d’opposition Olivier Longeon. A l’annonce de l’ordre du jour consacré à l’attribution de subventions aux Fêtes de quartier, l’élu écologiste s’est amusé à lire des extraits du cahier des charges municipal que les associations doivent tenir pour se voir accorder les subventions nécessaires à l'organisation des 17 fêtes en 2015 , pointant notamment de la voix « un échange entre élus et citoyens impératif » ; le fait de prévoir obligatoirement « un temps de discours aux élus »…

Aux inquiétudes d’Olivier Longeon sur le détournement politique de ces temps festifs se voyaient ajouter celles de l’opposante socialiste Nadia Semache sur le recul des sommes allouées : « - 15 % en moyenne et même - 40 % envisagés dans les quartiers sud-est pour au final - 20 % après menace d’annulation. La fête habituelle de Montaud a été annulée parce que son organisation était menée par un membre de la liste de Maurice Vincent. Sinon, pourquoi démolir quelque chose qui marchait très bien ? »

Pas de chasse aux sorcières

Le maire Gaël Perdriau répondait  que « non », cela ne se passera pas comme par le passé à Solaure « avec des chansons à la gloire de Maurice Vincent ! » Adjoint en charge des animations, Lionel Boucher enchaînait pour contredire les chiffres de N. Semache : « c’était 43 000 € en 2014. En réalité, avec 40 000 €, nous ne réduisons pas puisque l’Agef ne fait rien cette année à Montreynaud. Il n’y a pas de chasse aux sorcières, simplement plus de transparence dans l’organisation : une seule et même fête subventionnée par quartier avec tous les acteurs travaillant ensemble sur le même projet. » Et l’adjoint d’assumer ce « petit temps d’échanges entre population, organisateurs et élus ». Et rien de politique mais une réponse mieux adaptée au cahier des charges dans le choix cette année de l’association Cluster culture et coopérations pour Montaud selon la majorité,.

« Sauf que cette association n’avait pas demandé à organiser la fête, assure le socialiste Pierrick Courbon, mais une subvention accordée à condition d’organiser cette fête ! » « Vous nous faites un procès en sorcellerie alors que nous nous concentrons sur les projets, assure L. Boucher, même s‘il y avait effectivement une difficulté avec une personne et son sentiment d’appartenance prononcé… »

X.A.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide