Fermer la publicité

Festival géopolitique de Grenoble

Isère le 22 mars 2015 - Anne LE NOEL - Société - article lu 309 fois

Festival géopolitique de Grenoble
Nanouk Lantran - Quentin Marques, responsable de Gem en d

A quoi servent les frontières ? Pour la septième édition de son festival géopolitique, le thème choisi il y a un an par Grenoble Ecole de Management a évoqué des sujets brulants de l'actualité internationale.

« Le grand retour des frontières, effets et méfaits », « monde arabe : des frontières fracassées »,  « l’Ukraine comme marche frontière », « quelles frontières pour l’Europe », « cyberespaces et dynamiques des frontières », …plus de 100 conférences animées par des intervenants pluridisciplinaires, économistes, journalistes politiques, intellectuels, humanitaires ont été proposées gratuitement au public du 12 au 15 mars au sein de l’école et sur quelques sites grenoblois. Le thème  des frontières tient à cœur à Jean-Marc Huissoud, directeur du centre en géopolitique et gouvernance de GEM et co-organisateur de l’évènement (avec les presses universitaires de France, et l’association Anteios) « c’est autour de cette question qu’est née la géopolitique. Après avoir prophétisé que les frontières allaient disparaître, on voit de nouveau apparaître des remontées frontalières brandies comme garantes de la préservation de l’ordre mondial, alors que d’autres sont remises en cause, avec des velléités d’en reconstruire d’autres ».

En amont du festival, GEM a fait réaliser un sondage (Harris) auprès des français dont les résultats surprennent. La frontière voit son rôle revendiqué comme positif dans sa mission de filtre, de support à la définition de règles du jeu entre les nations, de stimulateur d’interaction entre les territoires. Autre surprise : l’Europe est devenue la frontière de référence, et non plus la France, y compris pour les publics les plus nationalistes. Pour la deuxième fois, le festival présentera un volet artistique et culturel en partenariat avec la maison de l’international et Spacejunk Grenoble avec des expositions d’artistes étudiants de Supcréa et de professionnels. Comme l’an dernier, le festival confirme le succès de son audience au-delà des frontières de Rhône alpes, de la France (avec un gros contingent de visiteurs parisiens), à l’international. Il a drainé 2500 participants sur place et 8000 connections en ligne en 2014, avec en 2015, 13 nationalités parmi les intervenants et 17 parmi les visiteurs inscrits.

 www.festivalgeopolitiques.com

Anne Le Noël

 Quentin Marques, responsable de Gem en débat, Quentin Hugard de la galerie SpaceJunk, Françoise Rousset, directrice de la maison de l'International et Jean-Marc Huissoud



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide