Fermer la publicité

Festival Berlioz : la musique impériale !

Isère le 17 août 2015 - Jacques SAVOYE - Musique - article lu 96 fois

Festival Berlioz : la musique impériale !
AKA Design - - L'ensemble corse A Filetta pour « Nabulio », une création mondiale

Avec un programme autour de Napoléon, le Festival Berlioz ne manquera ni de puissance ni de souffle. Tout commence à Vienne avec le Te Deum.

Le Festival Berlioz s’était déjà produit au Théâtre antique de Vienne en 2003 avec l’Orchestre national de Lille et Jean-Claude Casadesus qui avait dirigé un somptueux Requiem. Il revient cette année avec le Te Deum confié au Jeune orchestre européen, aux Grands chœurs de Spirito et aux 600 petits chanteurs de l’Isère que conduira François-Xavier Roth, assisté par Nicole Corti.

Une grande soirée en perspective et qui en annonce d’autres. Car ce 22e festival sera grandiose. N’a-t-il pas été composé en écho à la fascination que l’empereur suscitait chez Berlioz alors que l’on commémore le 200e anniversaire du retour de l’île d’Elbe ? Directeur musical, Bruno Messina a donc voulu que « Les orchestres symphoniques au souffle puissant fassent écho, le soir, aux batailles et aux grands idéaux, les récitals programmés en journée dessinant la carte des ambitions de Napoléon ». L’Orchestre révolutionnaire et romantique avec son chef Sir John Eliot Gardiner auront la lourde responsabilité de traduire l’incontournable symphonie Fantastique, dimanche 23 août, que complétera Lélio ou le Retour à la vie avec Denis Podalydes en récitant. L’Orchestre national de Lyon honorera deux rendez-vous : mardi 25 août avec la Suite symphonique du film Guerre et paix (due à Prokofiev) et samedi 29 août avec les Chœurs de Bernard Tétu pour la Symphonie n°9 (Beethoven) mais aussi la cantate Sardanapale qui valut à Berlioz de recevoir le Grand prix de Rome. L’Orchestre des Pays de Savoie donnera le concerto pour piano L’Egyptien de Saint-Saëns, avec Nicholas Angelis au clavier, mercredi 26 août.

Si ce Berlioz 2015 s’achèvera en apothéose avec l’Orchestre de la Garde républicaine et la Symphonie funèbre et triomphale, dimanche 30 août, le virtuose François-Frédéric Guy s’attaquera à l’intégrale des concertos pour piano de Beethoven, vendredi 28 août. Enfin, l’ensemble corse A Filetta proposera, en création mondiale, jeudi 27 août, l’oratorio Nabulio, inspiré par le surnom donné au jeune Napoléon lorsqu’il n’avait que 10 ans. A ces concerts, programmés dans l’auditorium du château Louis XI de La Côte-Saint-André, s’ajouteront les récitals donnés après-midi en l’église locale mais aussi à Saint-Antoine-l’abbaye, samedi 22 août, et même à Voiron où Maria-Magdalena Kaczor fera briller l’orgue de l’église Saint-Bruno, dimanche 30 août.

J.S.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide