Fermer la publicité

Favrichon & Vignon conserve un bel appétit

Loire le 10 avril 2015 - Aline VINCENT - Agroalimentaire - article lu 951 fois

Favrichon & Vignon conserve un bel appétit

Le site de production de céréales 100 % bio pour le petit déjeuner Favrichon & Vignon, à Saint-Symphorien-de-Lay depuis 1890, continue, année après année, sa progression. Le bilan 2014 à 10,5 M€ s'affiche en hausse de + 11,5 %. 6 M€ seront de nouveau investis en 2015.

5,8 M€ avaient été injectés sur le site Favrichon & Vignon de Saint-Symphorien-de-Lay entre 2004, l'année qui a suivi l'acquisition de la société par Brooks Wallin, et 2015. Cette année, une nouvelle enveloppe de 6 M€ est investie pour doubler la capacité de production de la ligne d'extrusion de céréales, celle de packaging, et pour construire un nouveau bâtiment de 2 000 m2.

Actuellement, l'entreprise fonctionne grâce à huit lignes, y compris l'emballage, pour autant de gammes de produits différentes. Entre 2007 et 2014 inclus, le chiffre d'affaires a doublé. Il a atteint au dernier bilan 10,5 M€ pour 32 salariés permanents. 2 700 t sont produites par an. La source de ces bons résultats réside dans la conjonction de plusieurs facteurs : des investissements réguliers, de l'innovation continue avec la création de nouveaux produits et de nouvelles recettes chaque année, une fabrication locale totalement intégrée, de la transformation de la matière première au packaging, et enfin, la garantie de la qualité des approvisionnements et des modes de production. A titre d'exemple, la gamme Crosti lancée sur 2013/2014, recréant un produit spécialement adapté pour les enfants, a connu une progression de + 197 % dès la première année, de même que la dernière marque premium Charles Vignon a également rencontré le succès. Elle est présente dans plus de 800 magasins de la GMS (grandes et moyennes surfaces).

Enfin, le marché est de plus en plus porteur. En effet, si la société, qui fête cette année son 125e anniversaire, a débuté sur une activité de transformation de céréales, elle est pionnière du bio depuis 1971, pleine période post soixante-huitarde. Mais l'orientation 100 % bio remonte à 11 ans avec l'arrivée de Brooks Wallin. Depuis, la société a bénéficié de la vague porteuse du bio en constante évolution. Le marché pesait 4,5 Md € en 2014 et devrait atteindre les 5 Md € en 2015. Par circuit de distribution, la GMS (46 % du marché du bio), est en progression de + 7 %. Mais ce sont les boutiques spécialisées qui gagnent le plus de parts de marché à + 13 %. Chez Favrichon & Vignon, les céréales sont divisées en plusieurs gammes destinées à des réseaux de distribution différents. Les marques « maison » Favrichon, C'Ecolo (emballage biodégradable), Crosti et les produits sans gluten sont revendus en magasin spécialisé bio.

L'axe des grandes surfaces

La marque Charles Vignon est distribuée dans la GMS. La société est présente dans la majorité des grandes enseignes. « Parmi elles, Carrefour est notre plus important distributeur, souligne le dirigeant Brooks Wallin. La société travaille aussi pour le compte de la MDD (marques de distributeurs). Enfin elle fournit en ingrédients les fabricants de gâteaux et confiseries ». Par ordre d'importance, 10 % des volumes est réalisé avec le département « ingrédients », la MDD et les marques Favrichon dans la GMS représentent près de 45 % tandis qu'un peu plus des 45 % restants proviennent des ventes en magasins spécialisés bio. La société enregistre avec ce créneau une progression de l'ordre de + 30 % par an.

Il y a un véritable engouement pour les produits (avoine, blé, orge, seigle, épeautre, noisettes, amandes...) issus d'une agriculture respectueuse de l'environnement, sans pesticide, OGM, engrais chimique de synthèse ni huile de palme. « Le consommateur a besoin de revenir à des valeurs sûres, commente Brooks Wallin. Au début, de notre démarche, la préoccupation du consommateur portait sur la valeur nutritionnelle. A partir de 2005/2006, l'accent a été mis sur le goût, puis, dès la crise de 2008/2009, l'image du produit fabriqué localement, en France, a pris le pas. Les gens veulent manger sain. Différentes crises sanitaires sont aussi passées par là. Ils ont besoin de sécurité mais aussi de se faire du bien ». Une société comme Favrichon & Vignon, avec sa stabilité et son implantation de longue date répond certainement à ces attentes.

Aline Vincent

 Organic Stories (Favrichon & Vignon et Prosain)

D'origine américaine, Brooks Wallin a constitué en France ce groupe en quatre étapes. 2003, acquisition de la société Favrichon & Vignon, 2004, rachat de la société Pro Sain, conserves de fruits et légumes biologiques située à Bages (66), 2010 et 2013, entrée au capital d'Organic Stories du fonds d'investissement Audacia, 2014, entrée au capital du fonds d'investissement Purple Development. 8,5 M€ ont été investis entre 2013 et 2014 chez Prosain dont le chiffre d'affaires est de 12,7 M€ en 2014. La société emploie 48 salariés. Le réseau de distributeurs est le même que celui de Favrichon & Vignon.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide