Fermer la publicité

Faussaires In Situ

Isère le 14 août 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Expositions - article lu 149 fois

Faussaires In Situ
Laurent GUÉTAL (DIT ABBÉ GUÉTAL)-1886-Le Lac de l'Eychauda-H - Un des paysages à copier

“Où se trouvait l'artiste ? C'est la clé pour comprendre ce jeu original qui consiste à choisir une œuvre parmi 210 peintures et photos de paysages proposées, à retrouver l'emplacement exact où était situé l'artiste quand il a réalisé son paysage. Tel un faussaire, votre mission sera de réaliser sa parfaite copie.

Trouver la place de l’artiste, et s’y faufiler pour réaliser  à partir de ce point de vue, une réplique en photo, dessin, ou avec un logiciel de cartographie numérique. Un jeu unique proposé dans le but de réaliser une installation dans le paysage à l'échelle de la Métropole210 paysages sont à découvrir et à sélectionner sur le site . Un jeu pour les amoureux de la nature, les amateurs d’art, les photographes amateurs ou professionnels ou les  passionnés de nouvelles technologies, mais aussi aux randonneurs, aux flâneurs, et aux observateurs de tous horizons.
Et pour une fois les faussaires seront récompensés. Les 100 premières réponses seront exposées, à côté des œuvres originales, au Musée de Grenoble du 19 septembre au 31 octobre ainsi qu'au musée Hébert de La Tronche à l'occasion des Journées internationales du Patrimoine. Une installation à l’échelle de l’agglomération sera ensuite réalisée à l’automne 2016.
Pour les autres, notez que ce jeu   n’a pas de fin. Vous pouvez jouer aussi longtemps que vous le souhaitez. Plus tard, des bancs seront installés en face des paysages que vous aurez contribué à localiser. Ils permettront de se connecter automatiquement pour découvrir les œuvres originales associées aux répliques les plus réussies.Des cartes seront éditées et offertes dans les offices du tourisme de l’agglomération grenobloise afin de partir en balade sur le chemin des paysages.
« Paysages-in-situ » est un dispositif d’innovations populaires autour des paysages qui préfigure la biennale des paysages 2016. C’est une proposition de Laboratoire réalisée en partenariat avec les différents musées et structures culturelles de l’agglomération.

Caroline Thermoz-Liaudy
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide