Fermer la publicité

Faubourg Clermont : la mémoire des anciens

Loire le 17 avril 2015 - Louis PRALUS - Roannais - article lu 277 fois

Faubourg Clermont : la mémoire des anciens

Le conseil de quartier du faubourg Clermont présente une exposition sur le faubourg au centre social du Moulin à Vent, impasse du Mayollet, jusqu'à la fin du mois. Une histoire ressuscitée par les anciens du quartier.

Un petit groupe de travail s'est créé, a pioché les archives, récolté les photos, interrogé les plus anciens. Et l'histoire du faubourg Clermont s'est recomposée depuis les années 1900 jusqu'aux années 1950.

Des photos parleront encore à beaucoup : le vélodrome place des Cerisiers et ses courses du samedi et du dimanche ; la fête place du Peuple ; la fête de l'école Coutaret ; les concerts... Autres moments : le championnat de boxe de 1945, le concours de pétanque de 1920. Et des figures : M. Allier, sabotier  28 rue de Clermont, dont la fille, Mme Bonin, créa en 1978 la première grande surface de chaussures en vente libre ; Nicolas Girard, primeur en 1927, qui sera rendu célèbre par sa première éplucheuse électrique de pommes de terre !

Mais la grande histoire de ce faubourg ce sont les Castors. En 1950 Antoine Chaperon,  cordonnier du faubourg, mobilise une bande de copains et connaissances pour qu'ils construisent eux-mêmes leur maison. On les appelle les Castors. Ils existent à Nantes et dans quelques villes. Ce seront les seuls à Roanne. Ils seront 28 de tous les métiers : instituteur,  maçon, ouvrier en bonneterie, comptable, employé de l'Arsenal... Ils vont bâtir seuls, à temps perdu (on travaille encore le dimanche dans les usines), 28 maisons en moellons montés sans mortier.

Elles existent encore et quelques unes sont habitées par les descendants des Castors. Comme existe  le dernier des Castors : Charles Gardès, 88 ans, chaudronnier, fondateur de l'entreprise Gardès-Laroche. « On a construit sur des jardins, se rappelle-t-il. On l'aimait notre quartier, on n'aurait pas voulu le quitter. J'y suis toujours et toujours dans ma maison de Castor. »  

L.P.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide