Fermer la publicité

Dotations : Loire Forez veut une mutualisation « efficiente »

Loire le 19 décembre 2014 - Louis Thubert - Collectivités locales - article lu 212 fois

Dotations : Loire Forez veut une mutualisation « efficiente »
Louis Thubert - Pierre Giraud et Alain Berthéas

Loire Forez, dans un contexte financier difficile, présente son schéma de mutualisation aux conseillers communautaires. L'enjeu ? Réorganiser le travail des agents territoriaux pour répondre aux besoins du territoire

Alors que se profilent les fêtes, la communauté d'agglomération Loire Forez a tenu, mardi 16 décembre, son dernier conseil de 2014. Dans une conférence de presse, Alain Berthéas, président de la communauté, et Pierre Giraud, vice-président en charge des finances et de l'administration générale, ont abordé le schéma de mutualisation, enjeu majeur de cette dernière séance.
Face aux inquiétudes qui agitent nombre d'élus, eux préfèrent rester positifs. La baisse des dotations de l'Etat, que certains appellent désengagement – alors que les collectivités pourraient avoir d'autres responsabilités ? « Voilà une nouvelle donne au niveau financier, il ne faut pas tomber dans la sinistrose », philosophe Alain Berthéas.
Et l'une des problématiques les plus importantes, au programme de ce dernier conseil, c'est la question de la mutualisation. La mutualisation consiste à mettre en commun les capacités des communes et de l'intercommunalité. « Nous la pratiquons depuis 2004 et la création de la Communauté d'agglomération. Par exemple, au niveau des fiches de paie, c'est un service que Loire Forez peut effectuer pour les petites communes », explique Pierre Giraud. « Cela dégage du temps pour les secrétaires de mairie.» « Les effets ne se font pas ressentir tout de suite. On ne va pas dépenser moins d'argent, mais autrement », insiste Alain Berthéas. Avant de lancer, quand un rapport peu flatteur de la Cour des Comptes1 est évoqué : « Notre objectif d'élu, ce n'est pas de dépenser de l'argent, c'est de répondre à des besoins identifiés sur le territoire et organiser nos services pour répondre de manière efficiente à ses besoins ».
L' « efficience », Alain Berthéas en parle beaucoup. « Il s'agit de mener une politique qui fonctionne, avec des objectifs définis », précise-t-il. Réorganiser les services pour dégager du temps aux agents qui travailleront au plus près du public : tel est son but. L'élu avance, pour appuyer son point de vue : « La loi Nouvelle organisation territoriale de la République (Notr) qui devrait être adoptée à la fin de l'été 2015, va certainement déléguer de nouvelles compétences aux collectivités ». Pendant le même temps, les dotations vont certainement continuer à diminuer. L'efficience de l'action publique prendra alors d'autant plus d'importance.

Louis Thubert

1 Publié en novembre, ce rapport considérait que les collectivités locales (communes, intercommunalités, départements, régions) sont responsables « pour un tiers du retard pris dans la réduction des déficits publics en France.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide