Fermer la publicité

Fabien Rajon, maire et avocat : « Je suis optimiste pour notre territoire ! »

Isère le 21 juin 2014 - Eric Séveyrat - Nord-Isère - article lu 3695 fois

Fabien Rajon, maire et avocat : « Je suis optimiste pour notre territoire ! »
Fabien Rajon (D.R.)

Quoiqu’on pense des renouvèlements politiques issus des dernières élections municipales, ils sont accompagnés d’un rajeunissement certain et d’une modification des profils des élus, particulièrement dans les grandes communes de l’Isère.

Grenoble, Vienne, Bourgoin-Jallieu, et…La-Tour-du-Pin. Dans cette mairie s’est installé un avocat de 33 ans, Fabien Rajon, qui mène de front ses deux passions que sont la vie de sa commune et son métier de défenseur. Entre une audience au tribunal de Bourgoin-Jallieu, ou à Lyon et une réunion en mairie, il reçoit les administrés, compulse les dossiers d’urbanisme  ou planche avec ses adjoints sur les rythmes scolaires…Le profil de Fabien Rajon est différent de la majorité des maires qui sont souvent de jeunes retraités : « Je tiens à mon étiquette de société civile, et j’entends rester ancré dans ma profession tout autant qu’à la mairie. Indique le maire, ancien conseiller municipal dans l’opposition, j’aime le lien que j’ai avec la population ...» Beaucoup d’avocats sont ou ont été au plus sommet de l’Etat, à commencer par deux anciens Présidents de la République, Mitterrand et Sarkozy : « Je n’ai pas de plan de carrière politique, continue le maire, je sais que d’autres jeunes maires dans mon cas, mon collègue de Voiron par exemple, ne cachent pas leurs ambitions de briguer d’autres mandats, je verrai bien ce qui pourra se présenter…je me revendique de droite (DVD) mais je ne suis pas encarté UMP ni ailleurs.  Je le répète, je veux me conserver mon activité professionnelle. Je ne veux pas être financièrement dépendant de mes mandats. Je considère que c’est un « plus » pour les élus de garder leur métier et c’est pour moi une connaissance utile à mon mandat […] » Dans ses activités juridiques, Fabien Rajon pratique le droit des affaires et le pénal du côté des victimes.
Diplômé d'HEC Paris, Fabien Rajon a fait de l’économie une des priorités de son mandat. Cependant, la compétence économique appartient à l’intercommunalité : « L’intention de la ville de La-Tour-du-Pin est d’avoir un partenariat fort avec  la communauté de communes en dépassant les clivages politiques. (Ndlr : le président de la CCVT est Daniel Payen, PS, et vice-président du conseil général). » La situation de La-Tour-du-Pin entre les deux pôles que sont Grenoble et Lyon n’effraie pas le maire qui croit aux atouts de sa ville : « Pour les entreprises et l’emploi, notre positionnement géographique est envié, de plus le semi-échangeur autoroutier de Saint-Didier-de-la-Tour va ouvrir… »
Pour attirer des entreprises il faut aussi capter leurs salariés en ville : « C’est pour cela que nous allons promouvoir la qualité de vie en ville, renforcer la sécurité avec l’embauche d’un policier municipal supplémentaire à fin juin (dont le salaire sera dégagé sur la baisse des indemnités du maire et des adjoints). Et nous nous dirigeons vers la vidéo surveillance à partir de 2015. Et puis, nous allons valoriser le patrimoine de la ville, l’identité et le patrimoine dauphinois existent (maison des Dauphins), ce sont des points à améliorer, de même que le commerce, le stationnement et le fleurissement. Nous devons changer l’image de la ville et conforter  l’esprit-village ! »
Sur le dossier conflictuel de la nouvelle médiathèque intercommunale (une procédure est en cours au tribunal administratif), le maire redit qu’il  était opposé à ce projet : « Coûteux (5 à 6 M€) qui n’était pas une priorité par rapport à l’économie et l’emploi. C’était une mauvaise idée, mais de mon point de vue, l’esprit de responsabilité aujourd’hui nous engage vers le maintien du permis de construire. Nous serons par ailleurs vigilant sur le coût fiscal de cet équipement. »
Un projet de fusion avec les intercommunalités voisines dans les Vals du Dauphiné a échoué en 2013. Faut-il amplifier l’intercommunalité ? Fabien Rajon : « Je n’ai pas de commentaires sur ce point, tout ce qui peut améliorer l’efficience des services, éliminer les doublons, contribuer à  réduire la dette publique est bon à prendre. »

Eric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide