Fermer la publicité

Expositions - Du dessin de presse à la toile

Loire le 11 décembre 2014 - La Rédaction - Culture - article lu 825 fois

Expositions - Du dessin de presse à la toile
La peinture numérique de François Palabaud (D.R.)

Tous deux sont nés en Roannais.

Ce qui les rassemble, c’est ce goût pour les arts et un même passage par le dessin, l’illustration pour la presse. Jean-Marc Farjas est autodidacte, François Palabaud est passé par des études artistiques ponctuées d’un BTS de communication visuelle et d’un diplôme de l'Ensaama (Ecole nationale des arts appliqués et des métiers d'art de Paris). Michel Degenne, l’aquarelliste réputé, encourage Jean-Marc lors de ses premières expositions dans les années 1970. Jusqu’en 1990, il travaille pour la presse régionale, nationale, comme dessinateur, caricaturiste et illustrateur. Puis s’adonne totalement à la peinture, tout en animant des cours d’arts plastiques à la MJC de Charlieu et au sein d’organismes artistiques.
Les Amis des arts de Roanne le couronnent. Ses toiles fleurissent aux cimaises de nombreux salons régionaux, à Paris, à la Réunion.
Au château de Beaulieu il présente des toiles colorées jouant avec les transparences et les croisements, des encres de facture classique, des dessins au crayon graphite, à la craie noire,   au stylo bille, sortis pour beaucoup de son imaginaire.  « J’ai une prédilection pour les impressionnistes : Monet, Sisley, ou les surréalistes tels Magritte… et aussi plus près nous Toffoli, Warhol, Combas pour leur liberté de composition et leur univers coloré », confie-t-il.

Inspiré par Titouan Lamazou

Quant à François Palabaud,  graphiste indépendant à Riorges, amateur de BD et de graphismes contemporains, il avoue : « J’aime l'univers de Titouan Lamazou, qui m’a donné l’envie de peindre des visages ». Sa technique : la peinture « numérique ». Un stylet et une tablette graphique connectée à un ordinateur prolongent sa main.
Ses toiles montées sur châssis ou sur  supports vinyliques brillants révèlent de beaux portraits de femmes mais aussi un univers exotique coloré.

B. P.-B.


Château de Beaulieu à Riorges, jusqu’au 14 décembre, ouverture de 14 h à 18 h.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide