Fermer la publicité

Experts-comptables - Le premier accompagnateur de l’entreprise

Isère le 09 octobre 2014 - Eric Séveyrat - Nord-Isère - article lu 1204 fois

Experts-comptables - Le premier accompagnateur de l’entreprise
(D.R.)

Que pensez-vous de la réforme (à l’étude) des professions réglementées ? Nous ne sommes jamais cités par les médias dans les professions réglementées dans le débat sur le projet de réforme.

Que pensez-vous de la réforme (à l’étude) des professions réglementées ?

Nous ne sommes jamais cités par les médias dans les professions réglementées dans le débat sur le projet de réforme. Contrairement à nos collègues des professions juridiques (notaires en tête), il est vrai que nous avons déjà l’autorisation de faire de la publicité, du démarchage. Nos honoraires ne sont pas fixés par l’Etat, et nous n’avons pas de numérus clausus. L’essentiel des dispositions légales de  notre profession remonte à l’ordonnance de 1945. Nous avons obligation du diplôme et d’inscription au tableau de l’ordre. Notre capital peut être ouvert, mais la majorité de vote doit rester à des experts comptables. 95 % de nos clients sont des entreprises, Bercy reconnaît ainsi notre travail dans l’accompagnement de l’économie. Toutefois le prix de base de la prestation comptable baisse depuis 10 ans, sous la pression des entreprises, elles-mêmes contraintes de réduire les coûts. Nous connaissons un renouvellement de 10 % environ de notre clientèle tous les ans, principalement par le jeu de la mise en concurrence. En revanche, nous développons d’autres prestations comme du conseil de gestion financière, sociale ou de fiscalité. Nous avons coutume de dire que nous sommes le premier conseil de l’entreprise. Nous n’avons pas de souci de concurrence avec les avocats. Dès que cela sort de notre champ de compétence, nous pouvons même être des apporteurs d’affaires pour les avocats. Dans une cession d’entreprise par exemple, il est nécessaire d’avoir un professionnel du chiffre et un professionnel du droit.

Comment se porte l’Isère et plus particulièrement le Nord-Isère ?

Notre département et plus spécialement le Nord-Isère sont plutôt moins touchés par la crise. Le Nord-Isère connaît une croissance démographique et l’activité économique y est assez soutenue, même si la croissance est proche de zéro. Nous avons des chiffres sur le périmètre de Rhône-Alpes qui nous indiquent une baisse de 7% de CA déclaré via la TVA sur le 1er semestre 2014, ce qui indique un net recul. Cependant la majorité des entreprises que nous suivons fonctionnent normalement en Nord-Isère.

La complexité bien française : administrative, fiscale, réglementaire…ne sert-elle pas, au final vos professions, qui y trouvent source d’activité ?

On peut voir les choses de cette façon, ce n’est pas mon avis. Nous nous déplaçons dans les entreprises très souvent. Le temps que nous passons sur la complexité (Ndlr : bulletins de salaires, complexité et nombreuses taxes et déclarations, RSI…) nous ne pouvons pas l’employer à bâtir un business plan ou un tableau de bord  par exemple, ou à préparer les chefs d’entreprises dans une obligation utile telle que l’entretien annuel avec le salarié.

Quelques clés

Les experts comptables sont 20000 en France. Leur congrès accueille environ 5000 professionnels, ce qui en fait le congrès le plus « peuplé » de France. Au total ce sont 200 000 personnes qui travaillent dans les cabinets. Damien Dreux, est délégué départemental Nord-Isère au sein de l’ordre régional, présidé par Jacques Maureau. M. Dreux est aussi président du comité régional de stage. Les experts-comptables doivent effectuer 3 années de stage pour valider leur diplôme. La région Rhône-Alpes représente plus de  600 stagiaires.

Propos recueillis par Eric Séveyrat



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide