Fermer la publicité

Excellente année 2014 pour Hermès et ses sous-traitants

le 28 février 2015 - Aline VINCENT - Industrie - article lu 2142 fois

Excellente année 2014 pour Hermès et ses sous-traitants

En 2014, le chiffre d'affaires consolidé du groupe a atteint 4 118,6 M€, en croissance de + 11,1 %. Une dynamique qui amène à renforcer les capacités de sa production française dont une bonne partie concentrée dans la région Rhône-Alpes.

L'un des fleurons du luxe français a franchi pour la première fois la barre des 4 Md'€ de chiffre d'affaires. Soit une croissance de + 11,1 % à taux de change constant, dans un contexte économique difficile. Au quatrième trimestre, les bons résultats se sont encore confirmés. Toutes les zones géographiques sont en progrès.

La demande et l'augmentation des ventes touchent tous les secteurs, à l'exception de l'horlogerie. Ce dynamisme amène encore le groupe à renforcer ses capacités de production. C'est la maroquinerie-sellerie qui enregistre les plus fortes évolutions (+ 15 %). Suivent, en deuxième position, les vêtements et les accessoires (22 % des ventes). « Ils bénéficient du succès des dernières collections de prêt-à-porter et des accessoires de mode, précise le communiqué de presse de la Maison Hermès. Quant aux métiers de la soie et les textiles (12 % des ventes), en troisième position, « ils continuent d'enrichir leurs collections avec de nouveaux formats et des matières d'exception ».

Discrétion de mise

Les compétences dans la soie et le textile présentes en Rhône-Alpes et notamment dans le Lyonnais et le Roannais, font qu'une bonne partie de la fabrication de la griffe y est concentrée. Les activités y sont chapeautées par la holding Textiles Hermès (HTH) basée à Pierre-Bénite près de Lyon. Mais la discrétion est de mise, tant de la part d'Hermès que de ses sous-traitants. Dans le Roannais, depuis l'installation en 2012 à Saint-Symphorien-de-Lay de la société MSI, spécialisée dans le roulottage des carrés Hermès sur 1 600 m2, à peine sait on qu'elle emploie une soixantaine de salariés et que son activité est en progression. Autre unité de production plus ancienne celle-là, l'usine ATBC (Ateliers de tissage de Bussières et Challes) à Bussières, à une trentaine de kilomètres de Roanne. ATBC (MOF en 2007) est depuis 2010 la nouvelle dénomination donnée aux anciens établissements Bucol par la holding HTH pour regrouper sous une même appellation les tissages de Bussières et le tissage du crin de Challes, près du Mans. Le site perpétue la tradition des soyeux lyonnais depuis le début du XXe siècle. Son activité remonte à l'âge d'or du tissage de la soie lié à la Maison Bucol de Lyon qui avait multiplié ses sous-traitants dans les villages des Montagnes du Matin.

En 2013/2014, l'entreprise, qui employait plus de 40 salariés, avait déjà investi 2 M€ pour doubler sa surface d'exploitation arrivée à saturation. Elle est passée de 2 000 à 4 000 m2 et renforcé son parc de métiers, avec de nouvelles embauches à la clef L'Isère a aussi profité des besoins en capacité de production supplémentaires de la marque au cheval. Le groupe avait déjà créé en 2012 deux nouveaux sites, l'un à Bourgoin-Jallieu (textile), l'autre à Fitilieu (atelier de maroquinerie) dans le nord-Isère. La même année, toujours sur le nord-Isère, le pôle textile avait investi plusieurs millions d'euros dans un outil de production ultra-performant pour renforcer l'usine de la société d'impression sur étoffes du Grand-Temps.

Les autres métiers du fabriquant de luxe se répartissent entre les parfums, la bijouterie, les Arts de la Table eou encore le département « Art de Vivre ».« Malgré les incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde, précise le communiqué, l'objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants, est estimé de l'ordre de 8 %. Grâce au succès de son modèle unique d'entreprise, Hermès poursuivra sa stratégie de développement à long terme fondée sur la créativité, la maîtrise des savoir-faire et la sécurité de ses approvisionnements ».  

Aline Vincent.

Savoir-faire artisanal

Bien que de taille internationale, le groupe reste fidèle à un savoir-faire artisanal. Les fournisseurs d'Hermès, triés sur le volet, semblent encore avoir de beaux jours devant eux. Le chiffre d'affaires a plus que triplé en 10 ans à 4 118,6 M€ pour 2014 (communiqué du 12/02/2015 - les résultats 2014 seront officiellement publiés le 25 mars). La rentabilité opérationnelle devrait être légèrement supérieure à 31 %. Concernant les progressions des ventes, l'Europe a enregistré une hausse de + 7 %, dont la France + 5 %. Ce sont les USA et l'Asie qui ont le plus tiré les ventes vers le haut, malgré un ralentissement en Chine (crise de Hong Kong et lutte anti corruption qui limite les cadeaux aux officiels). Hermès emploie 11 038 salariés, dispose de 315 magasins exclusifs, dont 203 sous contrôle direct.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide