Fermer la publicité

Euro 2016 : où iront les dotations de l'UEFA ?

Loire le 20 décembre 2014 - Xavier ALIX - Sports - article lu 211 fois

Euro 2016 : où iront les dotations de l'UEFA ?
Geirges Rivoire - L'UEFA versera un total de plus de 3 MEUR

Fin octobre, l'UEFA a décidé de reverser une enveloppe globale de 2 M€ à chacune des 10 collectivités hôtes des son Euro 2016. Comme les autres, Saint-Etienne Métropole touchera même plus.

Ce n’est pas une première pour Saint-Etienne. En 1998, l’accueil de  la Coupe du Monde lui avait valu une dotation de la Fifa équivalent à environ 2 M€. La somme avait été utilisée pour des équipements sportifs d’usage quotidien, la création de terrains synthétiques par exemple. Pour l’accueil de son Euro 2016, l’UEFA va à son tour verser une dotation. Mais à Saint-Etienne Métropole cette fois-ci : l’agglomération organise la candidature stéphanoise, la gestion de G.-Guichard relevant de ses compétences.

Fin octobre, un communiqué du précédent maire de Saint-Etienne et président de Métropole, Maurice Vincent, annonçait qu’environ 3,5 M€ bénéficieraient à l’agglomération. Le 23 octobre en effet, le comité de pilotage de l’Euro 2016 tenu à Bordeaux s’est conclu par un accord de 20 M€ répartis équitablement par l’UEFA entre ses 10 hôtes. Somme s’ajoutant à plusieurs autres contributions actées précédemment : soutien à la mise en place de « fans zones », accès aux matchs des publics locaux et défavorisés et enfin la location des stades à 350 000 € par match (quatre à Saint-Etienne). Voir l’UEFA reconnaître, « même à la marge » l’implication humaine et pécuniaire (à Saint-Etienne, environ 70 M€ pour rénover Geoffroy-Guichard…) des collectivités hôtes était « une première », se félicitait Maurice Vincent.

Roland Goujon, resté vice-président aux Sports à Saint-Etienne Métropole après les municipales d’avril dernier, nous a confirmé le montant des sommes avancés par Vincent. A une rectification près : « ce sera finalement 280 000 € par match joué. On a renégocié et malgré cette baisse, je peux vous dire que nous sommes gagnants : nous n’aurons pas à gérer la sécurité et son coût énorme comme exigé au départ ».

Reste que l’utilisation de la dotation est loin d’être encore déterminée, l’UEFA n’ayant pas encore transmis ses critères d’application. Même s’il est très probable que ceux-ci soient proches de 1998.

Xavier Alix

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide