Fermer la publicité

Eurexia renforce sa présence dans le frais emballé

Loire le 05 mai 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 1528 fois

Eurexia renforce sa présence dans le frais emballé
Caroline Liucci ne regrette pas d'avoir intégré la PME familiale, dont elle est devenue la directrice générale (© Denis Meynard)

Eurexia, créée à Lyon en 1992 et fusionnée 5 ans plus tard avec Eurocoupe, lors de son entrée en bourse, poursuit son développement dans la Loire et en Pologne.

Avec à sa tête le fondateur, Gérard Vial et sa fille Caroline Liucci, qui l’a rejoint voici 8 ans, délaissant son activité antérieure de juriste. Les dirigeants avaient envisagé le transfert de son activité de tranchage, conditionnement et négoce de charcuterie sèche dans de nouveaux locaux plus spacieux dont la construction était prévue à Saint-Denis-sur-Coise, dans les Monts du Lyonnais. Un secteur qui leur permettait de conserver l’appellation « zone de montagne » chère à certains de ses clients. Ils ont finalement décidé l’an dernier de ne pas donner suite au projet pour lequel avait déposé un permis de construire en juillet 2011. Ils ont notamment pris en compte les difficultés que traverse en France le secteur agroalimentaire lié à la filière porcine, et la baisse des marges qui touche les entreprises travaillant pour la grande distribution.

Imposer la marque « Les saveurs d’origine »

La PME installée ZI du Coin, à Saint-Chamond, réalise l’essentiel de ses ventes avec des marques distributeurs de groupes tels que Carrefour (sont plus gros client), mais aussi Casino, Monoprix, Auchan, System U, Intermarché, Cora… etc. « Des débouchés devenus à très faible rentabilité », selon Gérard Vial. Pour cette raison, ils travaillent depuis plus d’un an sur le référencement de leur marque « Les saveurs d’origine » dans le rayon frais emballé de leurs clients de la grande distribution. Afin d’offrir un positionnement plus qualitatif pour les charcuteries sèches haut de gamme de différentes régions françaises (notamment Rhône-Alpes, Auvergne, Corse, Pays Basque), mais aussi en provenance d’Italie, d’Espagne, de la Forêt noire allemande ou bien de Belgique pour les filets de bacon, voire de Suisse pour la Viande des Grisons réalisée à partir de viande de bœuf séchée. Un tel positionnement est beaucoup plus difficile à atteindre dans le rayon libre-service de la grande distribution, où le critère prix est déterminant. Parfois même au détriment de la qualité des produits.
La PME saint-chamonaise spécialisée dans le tranchage fin et le conditionnement en barquette s’était installée en Pologne fin 1998 pour y suivre certains de ses clients français de la grande distribution. Elle y est pour sa part restée lorsque quelques années plus tard Casino a revendu ses hypermarchés à Metro. « Nous avons renouvelé notre management polonais et cette usine de 15 personnes, qui ne fait pas de marque distributeur, repart très fort. Le chiffre d’affaires devrait rapidement doubler pour atteindre 10 M€ », explique Gérard Vial. Sa maison-mère réalise pour sa part 25 M€, avec 45 salariés. Au total, Eurexia vend plus de 3 000 t de charcuterie sèche par an, dont les deux-tiers sont tranchées et mis en barquettes. « Sur le plan financier, après la sortie en 2010 du Marché libre, qui ne nous apportait rien, si ce n’est une dépense récurrente, tous les ans, le principal changement intervenu l’an dernier est la sortie du capital de Xavier Kemlin, qui en détenait une trentaine de pourcents, au profit d’une banque d’affaires », note le président-fondateur.

Denis Meynard

Kambio revendue, vers une relance de Roanne Gastronomie

Gérard Vial a revendu en 2010 au groupe français Léa Nature le spécialiste saint-chamonais de la salade bio Kambio qu’il avait repris au bord du dépôt de bilan sept ou huit ans auparavant. La même année, il s’est associé avec la Méditerranéenne de salaisons pour reprendre Roanne gastronomie à la barre du Tribunal de commerce de Roanne. Ce fabricant de plats cuisinés ne compte plus qu’une demi-douzaine de salariés. Mais à la suite d’une modification du tour de table et de l’entrée de nouveaux actionnaires, voici plusieurs mois, ces professionnels de l’agroalimentaire sont décidés à relancer l’activité de la TPE créée par l’inventeur de la cuisine sous-vide Georges Pralus, avec de nouvelles gammes de produits, indique Gérard Vial.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide