Fermer la publicité

Saint-Etienne: et de quatre pour Gust'um

Loire le 30 juin 2015 - Denis Meynard - Commerces - article lu 374 fois

Saint-Etienne: et de quatre pour Gust'um
© Denis Meynard - Gust'um livre dans les entreprises de la zone du Technopôle.

Avec sa nouvelle cuisine centrale, l'enseigne envisage d'ouvrir des magasins sur la couronne stéphanoise.

Juin a été chargé pour Laurent Reynaud et Emmanuel Catet qui viennent d’ouvrir un quatrième restaurant Gust’um près de la place Fourneyron, à Saint-Etienne. En parallèle, les deux associés, qui ont respectivement une formation de gestionnaire et de chef de cuisine, ont déplacé leur cuisine centrale. Elle a quitté le site du restaurant historique ouvert en 2011 dans le quartier du Technopôle pour Saint-Priest-en-Jarez. Ils ont investi quelque 50 000 € dans l’équipement de cet espace où leur cuisine dispose de 300 m2, contre 60 m2 auparavant.

Partis du constat qu’il manquait à Saint-Etienne une offre de snacking avec salades et produits frais, les deux hommes ont observé ce qui était proposé dans différentes grandes villes de l’Hexagone. Les deux premières ouvertures de 2011, dont une près de la place Badouillère, ont été suivies d’une troisième à proximité de la place Bellevue, en 2013. « Le cœur de cible, ce sont les actifs, uniquement du temps de midi, du lundi au vendredi », indique Laurent Reynaud. « Nous avons une clientèle fidèle, tout comme les personnes qui travaillent avec nous qui sont motivées », ajoute le co-gérant de cette entreprise de 11 salariés, qui a réalisé l’an dernier un chiffre d’affaires de 510 000 €.

Equipés de fours à micro-ondes, les quatre points de vente de produits à consommer sur place ou à emporter sont approvisionnés par liaison froide. Qu’il s’agisse des salades, soupes, sandwiches, bagels, wraps, toasts… etc, « tout est fabriqué chez nous le jour même », insiste Laurent Reynaud. Sollicités pour la création d’autres magasins en franchise, les deux associés ont jusqu’alors refusé de s’engager sur cette formule. Notamment pour ne pas perdre le contrôle de la fabrication. Ils sont par contre attentifs aux opportunités d’installation sur la plaine du Forez, les vallées du Gier et de l’Ondaine.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide