Fermer la publicité

Esa surfe sur le style « skater »

Loire le 22 janvier 2015 - Aline VINCENT - Immobilier et BTP - article lu 333 fois

Esa surfe sur le style « skater »

La société roannaise Esa, sous-traitante de la mécanique, a su se diversifier depuis 4 ans avec les « skates parks », puis en lançant sa propre marque de « City stades ».

La mode du style « skater » est venue de la culture urbaine américaine. La vague s'est exportée en Europe. Une opportunité qu'Esa (Etudes spéciales appliquées) a su saisir par le biais de son partenaire, la société lyonnaise Fun Ramp, aujourd'hui basée à Tarare. Le premier Skate park conçu par Esa a été installé sur les rives de la Garonne à Bordeaux. Ont suivi Bercy, Lyon, Grenoble, Gap, Angoulême... 

Arrivé en 2006 pour rejoindre son père Bernard Gabert, ingénieur mécanique comme lui, Loïc Gabert a poursuivi le processus de diversification par rapport à la sous-traitance pure en mettant au point un concept d'installations sportives destinées aux collectivités. Le brevet a donné naissance à la marque « City Stades ». Les structures servant à la pratique d'une discipline sportive (basket, hand, volley...) sont composées d'inox et d'acier galvanisé mêlés à un plastique recyclé pour les parois de protection. Ces équipements nécessitent un minimum de maintenance grâce à un process sans soudure monté-vissé, plus robuste. L'ensemble, qui peut être réalisé sur mesure, est livré en pièces détachées prêtes à monter (le montage par Esa est aussi une option).

Pour booster leur commercialisation et disposer de lieux de démonstration, Bernard et Loïc Gabert ont eu l'idée d'en installer gratuitement un exemplaire sur les communes de Riorges et Le Coteau. En 2014, Esa a conçu une trentaine de « skate parks » et « City Stades ». « Nous comptons beaucoup sur cette année 2015 de lancement des programmes des collectivités en débuts de mandats, précisent les dirigeants. « Nous visons entre 60 et 80 installations ».

Cette diversification a permis à l'entreprise de compenser la baisse de la sous-traitance, justement due à cette période charnière d'attentisme que précède toujours les élections, qu'elles soient locales et nationales. « Nous étions présents fin 2014 sur le salon organisé en marge du congrès des maires de France, et notamment l'espace réservé aux loisirs et jeux collectifs. Nous y avons ressenti un nouveau dynamisme et pris de bons contacts. Le chiffre d'affaires de 1,4 M€ au dernier bilan (13 salariés au total) est généré à hauteur de 50 % par la sous-traitance et 40 % par les « skate parcs » et « City Stades ». Les 8 % restants étant réalisés grâce à la conception de malaxeurs pour le bâtiment et l'industrie.

Aline Vincent



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide