Fermer la publicité

Erai s'achemine vers la liquidation

le 18 mai 2015 - Mathieu Ozanam - Services - article lu 547 fois

Erai s'achemine vers la liquidation
Région Rhône-Alpes - Ardi ne reprendra pas les activités d'Erai

Appelés à se prononcer en assemblée plénière sur le plan de reprise des activités et des personnels d'Erai par l'Ardi, la majorité des conseillers régionaux s'y est opposée. L'association Entreprise Rhône-Alpes International se dirige tout droit vers la liquidation.

Il y avait urgence pour Erai. Placée en redressement judiciaire, l’association chargée depuis 25 ans de soutenir le développement à l’international des entreprises rhônalpines doit passer le 9 juin devant le tribunal de grande instance de Lyon. La date de dépôt des offres de reprise ayant été fixée au 20 mai, le vote organisé par le président de la Région Jean-Jack Queyranne le lundi 19 mai s’avérait crucial.

Le rapport présenté par le vice-président en charge de l’économie, Jean-Louis Gagnaire, détaillait le projet de reprise des activités et des personnels d’Erai par l'Ardi (Agence régionale de développement et d’innovation). De 118 contrats transférés sur 214 collaborateurs dans une première version, le périmètre était passé à 143 contrats. Les filiales du Vietnam, de la Turquie et éventuellement du Maroc auraient été reprises par des salariés eux-mêmes avec un accompagnement sous forme de contrats de partenariat commercial. Les financements nécessaires étaient établis à 4,7 M€, dont 0,95 M€ en 2015 liés aux coûts juridiques et aux expertises relatives à la reprise.

Des débats tendus

Pendant 3 heures 30 les débats se sont déroulés dans une ambiance tendue, sous l’œil de salariés d’Erai installés en tribune. Les représentants des groupes Europe Ecologie Les Verts (EELV), de l’Union de la droite et du centre (UDC) et du Front national reprochait une gestion opaque et insistaient sur la responsabilité des élus de la Région participant au conseil d’administration. « Vous nous faites la leçon et prenez les salariés d’Erai en otage, attaquait Stépahnie Pernod-Beaudon, la présidente du groupe UDC. « La seule question à poser aujourd’hui c’est : “est-ce que l’on met la poussière sous le tapis et on continue comme avant ou est-ce que l’on prend une décision en toute transparence ? “ » Jean-Charles Kohlhaas, co-président du groupe EELV estimait lui qu’ « un grand nombre de questions ont été posées et malheureusement bien peu ont trouvé une réponse (…). Par le refus d’avoir ces débats avant, nous nous retrouvons aujourd’hui dans une seringue. »
Avant qu’il ne soit procédé au vote à scrutin public, au cours duquel chacun est appelé à se prononcer tour à tour, le président socialiste Jean-Jack Queyranne avertissait : « “qui veut noyer son chien l’accuse de la rage“, dit-on. C’est ce que j’ai entendu ici et je trouve cela scandaleux ».

Le résultat du scrutin était sans appel avec 92 voix « contre » (UDC, EELV et FN) et 64 « pour » (PSEA, FdG et PRG). « Honte à vous ! On paye vos salaires ! », ont bruyamment réagi les salariés d’Erai présents dans le public. « Nous avons tout fait pour éviter cela, a conclu Jean-Louis Gagnaire. Vous n’avez pas voulu que cela se poursuive sous une autre forme. Je pense que la signature de la Région Rhône-Alpes est entâchée durablement parce que plus personne ne nous fera confiance dans la durée et nous demandera toujours des gages. »

Mathieu Ozanam

Pour revoir en différé la séance plénière du 18 mai 2015 : http://rra.streamfizz.com/conseil/index.php/consultation/live



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide