Fermer la publicité

Equipements auto - Jtekt veut fermer son usine stéphanoise

Loire le 10 mars 2014 - Denis Meynard - Agglomération stéphanoise - article lu 2263 fois

Equipements auto - Jtekt veut fermer son usine stéphanoise
Les représentants CFDT Franck Sorlin et Philippe Victor se félicitent du bon état d'esprit qui règne entre les quatre syndicats (© Denis Meynard)

La première réunion d’information du comité d’entreprise de Jtekt Saint-Etienne, qui a prévu la fermeture de ce site durant l’été, a eu lieu le 3 mars.

La direction de l’équipementier automobile japonais a prévu de transférer entre fin juillet et la mi-août sur le site qu’il possède à Irigny, en région lyonnaise, l’outil de production de ce fabricant de composants pour les systèmes de direction assistée des véhicules de tourisme. Sur les 123 emplois en CDI, 89 sont susceptibles d’être repris dans le Rhône, essentiellement parmi le personnel de production, tandis que 34 autres doivent être supprimés.
La négociation engagée avec les organisations syndicales dans le cadre du Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui vient d’être lancé devrait aboutir d’ici la mi-mai. Parallèlement à cela, le haut niveau d’activité actuel devrait conduire à recruter près d’une trentaine d’intérimaires, portant l’effectif stéphanois à 150 personnes. Préalablement à sa fermeture programmée, l’établissement de la Loire, jusqu’alors rattaché à Jtekt Automotive Dijon, a été vendu début février par cette société à Jtekt Automotive Lyon pour près de 12,6 M€.

Transfert dans le Rhône

Parmi les salariés qui travaillent sur ce site industriel du quartier de La Rivière (créé en 1887 par le constructeur d’engins mécaniques Terrot, avant d’être repris par Peugeot, puis par des industriels japonais), combien accepteront d’effectuer quotidiennement le trajet jusque dans le Rhône, sur un site de près de 1 500 personnes ? Leurs représentants estiment que bon nombre d’entre eux pourraient refuser ce transfert. Pour les aider à se déterminer, ils vont bénéficier de l’appui du cabinet stéphanois de conseil en gestion de ressources humaines BC Conseil, choisi par la direction de Jtekt. Afin d’encourager ces transferts, la direction propose un ensemble d’aides dont le montant peut s’approcher de 20 000 € en cas de déménagement.
De leur côté, les représentants de l’intersyndicale CFTC, CFDT, CGT, CFE-CGC veulent obtenir une augmentation et une optimisation des moyens mobilisés pour financer le plan social (formation, création d’entreprise, départ anticipé des seniors… etc), actuellement fixés à 5 M€.
Cela concerne aussi les indemnités supra-légales que la direction propose à hauteur de 15 000 € pour les salariés ayant moins de dix ans d’ancienneté et à 20 000 € pour les autres.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide