Fermer la publicité

Environnement - Parc du Pilat : « Expérimenter et transmettre »

Loire le 26 juin 2014 - Mathieu Ozanam - Actualités - article lu 391 fois

Environnement - Parc du Pilat : « Expérimenter et transmettre »
Michèle Perez et Jean-Jack Queyranne lors de la signature du contrat de territoire (© PNR du Pilat)

Le président de la Région Rhône-Alpes est venu signer mardi dernier le contrat de territoire « Corridors biologiques Grand Pilat », qu’en attendez-vous ? Le Parc naturel régional du Pilat a été choisi, avec d’autres parcs de Rhône-Alpes, parmi les collectivités pour faire partie du comité technique.

Le président de la Région Rhône-Alpes est venu signer mardi dernier le contrat de territoire « Corridors biologiques Grand Pilat », qu’en attendez-vous ?

Le Parc naturel régional du Pilat a été choisi, avec d’autres parcs de Rhône-Alpes, parmi les collectivités pour faire partie du comité technique. Ce travail a duré deux ans sous l’égide du préfet de Région, de la Dreal Rhône-Alpes et du vice-président délégué à la santé et à l’environnement au conseil régional. C’est un plan d’action qui s’inscrit dans le Schéma régional de cohérence écologique. Le contrat « Corridors biologiques Grand Pilat » prévoit une enveloppe de 2,8 M€ sur 5 ans, la Région apporte 895 000 €. Il doit concourir à la restauration et à la conservation des espaces qui favorisent la circulation des espèces animales et végétales.

Le Parc du Pilat fête son 40e anniversaire cette année. A-t-il un rôle pilote dans la façon de concilier la préservation de l’environnement et l’activité humaine ?

C’est un parc où l’Homme vit. Nous ne sommes pas enfermés dans une « réserve indienne ». On s’y déplace, on y consomme de l’énergie, on essaie aussi de développer le tourisme. Le Parc n’a aucun pouvoir réglementaire, ce sont les maires des communes concernées qui sont responsables du territoire. Donc le Parc négocie et en effet nous sommes dans la concertation permanente. Nous ne sommes pas là pour interdire mais pour expliquer qu’il faut préserver la biodiversité, mieux apprendre à consommer l’énergie et à mieux circuler. Nous sommes par exemple le premier territoire rural à promouvoir l’auto-partage. Les parc naturels régionaux sont là pour expérimenter et ensuite transmettre.

De quelle façon allez-vous célébrer cet anniversaire ?

Il y a plus d’une centaine de manifestations qui ont débuté au mois de mai et qui dureront jusqu’en octobre. Cela va de balades accompagnées à des concerts, d’un colloque les 3 et 4 juillet sur le thème « le paysage, un bien commun à partager » à la grande fête du 21 septembre à Bourg-Argental. Il y en a pour tout le monde !

Propos recueillis par Mathieu Ozanam


Programme : www.parc-naturel-pilat.fr



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide