Fermer la publicité

Environnement : Le barrage des Plats refait surface

Loire le 22 mai 2014 - Denis Meynard - Sciences, Santé, Environnement - article lu 1832 fois

Environnement : Le barrage des Plats refait surface
Le Syndicat des barrages va commander une étude sur la création d'une rivière de contournement du Barrage des Plats (D.R.)

Moins de quatre mois après l'annulation par le tribunal administratif de Lyon de l'arrêté préfectoral de mai 2012 autorisant la réhabilitation du barrage des Plats (lire L'Essor-Affiches du 22 novembre 2013), la préfète de la Loire a pris, en mars, un nouvel arrêté qui, dans les mêmes termes autorise le redémarrage des travaux.

Au préalable, le syndicat des barrages à l’origine du projet, où Marc Petit a été réélu à la présidence, a corrigé le défaut d’information envers les élus de son comité syndical. Vice de forme qui avait entrainé l’annulation prononcée par tribunal administratif. Parmi les élus du comité syndical, ceux de Firminy, Fraisses et Saint-Paul-en-Cornillon ont à nouveau approuvé le projet, tandis que ceux d’Unieux ont, une nouvelle fois, voté contre.
La reprise des travaux et les arguments avancés par la préfecture provoquent la colère des opposants à la reconstruction et à la remise en eau de l’édifice de 22 m de haut situé sur Saint-Genest-Malifaux. Ils dénoncent un « passage en force des services de l’Etat ». La Frapna et la Fédération de pêche de la Loire (soutenus par la Fédération de pêche de la Haute-Loire, le Club de pêche sportive Forez Velay et le CDAFAL) ont donc à nouveau saisi la juridiction administrative, mais cette fois-ci sur le fond du dossier, pour demander son annulation.

« La préfète a récemment déclaré que ce barrage est nécessaire à la sécurité de l’approvisionnement en eau des 400 000 habitants de la région stéphanoise, c’est absolument faux d’autant plus qu’il n’existe aucune liaison le permettant », affirme Alain Bonard, ancien directeur des services de l’eau et d’assainissement de la Ville de Saint-Etienne, aujourd’hui en charge des questions relatives à l’eau à la Frapna. Il ajoute que « l’arrivée d’eau du barrage de Lavalette, en Haute-Loire, est sécurisée par une conduite forcée ainsi qu’un aqueduc » et que « l’approvisionnement de la région stéphanoise provient pour plus de la moitié du massif du Pilat, via le Furan ». Il ajoute que son association se veut pour autant « réaliste et pragmatique car la reconstruction de barrage est presque terminée ». Elle demande par contre « que la loi sur l’eau soit appliquée, avec notamment la libre circulation des sédiments et des poissons dans les deux sens ». Cela suppose la création d’une rivière de contournement de la Semène, jusqu’alors non prévu et qui va renchérir le projet.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide