Fermer la publicité

Entreprenariat - Les Cigales du Pilat derrière huit porteurs de projet

Loire le 02 octobre 2014 - Daniel Brignon - Actualités - article lu 991 fois

Entreprenariat - Les Cigales du Pilat derrière huit porteurs de projet
Eric Gentil et François Odouard, gérants des Cigales Semène et Déôme à la signature avec Stéphane Heyraud, président de la communauté de communes (D.R.)

La convention de partenariat signée le 12 septembre entre les Cigales Semène et Déôme et la communauté de communes des Monts du Pilat constitue une officialisation d’une relation établie déjà depuis plusieurs années entre les parties qui s’engagent à « favoriser la mutualisation et l’échange des expertises et des ressources pour faciliter la structuration des démarches des porteurs de projets, de l’idée à la création jusqu’à la pérennité de l’entreprise ».


Cette convention sans enjeu financier a pour objectif essentiel de valoriser et reconnaître l’action des Cigales dont le territoire s’est enrichi depuis trois ans.  Les Cigales, littéralement Clubs d’investisseurs pour une gestion alternative et locale de l’épargne solidaire, sont au nombre de deux dans le Pilat ayant atteint le seuil des 20 adhérents épargnants qu’ils peuvent avoir. Elles fonctionnent en réalité ensemble, et élargissent leur rôle d’investisseurs de proximité à une action d’accompagnement des porteurs de projets, sur le plan administratif et financier. Les Cigales Déôme et Semène, précise l’un des gérants, François Odouard, s’intéressent à tout porteur de projet économique au-delà même de la sphère de l’Economie sociale et solidaire à laquelle les Cigales sont habituellement dédiées.
Les deux Cigales ont étudié depuis leur création, il y a trois ans, 25 projets de création d’activité et retenu huit d’entre eux pour les accompagner techniquement et financièrement. La contribution des Cigales au capital de nouvelles entreprises a été déterminante dans la concrétisation des projets, reconnaît François Odouard, c’est souvent l’argument qui ouvre l’accès aux prêts bancaires, un levier financier qui mobilise l’épargne locale au bénéfice de l’activité du territoire.
Daniel Brignon


Les cigaliers, membre des Cigales qui doivent être entre 5 et 20 maximum, s’engagent à épargner chaque mois de 15 € à 450 € pendant cinq ans, une épargne qui fait l’objet de déductions fiscales. Les sommes investies au capital des entreprises soutenues, jusqu’à un seuil de 20 %, sont retirées au bout de cinq ou six ans, avec une plus-value éventuelle suivant l’évolution de l’entreprise.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide