Fermer la publicité

Vive le jazz et la liberté !

Isère le 29 juin 2015 - Sévim Sonmez - Musique - article lu 30 fois

Vive le jazz et la liberté !

La 35e édition de Jazz a Vienne a été officiellement ouverte par un défilé aux couleurs de la Nouvelle-Orléans. Une ouverture quelque peu assombrie par les attentas du vendredi 26 juin.

Vendredi 26 juin, les rue de la ville ont été vidées de leurs voitures et rendues à leurs habitants qui ont investi les terrasses de café et les restaurants. Certains se sont assis sur les trottoirs pour cette sortie familiale, en attendant le défilé d’ouverture du festival. Un défilé coloré et musical qui s’est élancé du boulevard de la République, tous les quart d’heure et par petits groupes,  pour rejoindre la salle des fêtes. Plus d’une centaine d’enfants de 5 à 18 ans, ont pris part à cette déambulation au son de la musique de la Nouvelle-Orléans. City Park, French Quarter, Faubourg Mongary, les noms des différents quartiers de la Nouvelle-Orléans inscrits sur des panneaux étaient brandis par le responsable du groupe. Appareils photos et téléphones en mains, parents et familles dont les enfants défilaient avec le groupe Cuivres du conservatoire, ont immortalisé ce moment de fierté.

Le centre social Vallée-de-Gère avait choisi le thème du recyclage pour créer des instruments de musique, à partir de bouteilles d’eau, qui ont été secouées par les petits. Quant aux ados de la MJC de Vienne, ils ont montré leur talent de danseurs de hip-hop. Tout droit sorti de la cour de Louis IV, Monsieur Loyal a incité le jury a voter pour la meilleure représentation. Et, comme à  l’Ecole des fans, tous les groupes ont gagné !

Liberté et cohésion autour du Jazz

Autre lieu, autre ambiance. Tandis que la fête colorée et musicale battait son plein au centre-ville, le Club jazz Entreprises a participé au lancement officiel de la 35è édition, dans les jardins de Cybèle. Une ouverture qui a été endeuillée par l’attentat terroriste de Saint-Quentin-Fallavier qui s’est déroulé le matin même au sein de l’installation d’Air Products. Le maire, Thierry Kovacs s’est dit « horrifié par cet acte de violence d’un autre âge » et a eu une pensée particulière pour la famille d’Hervé Cornara, la victime décapitée. Après avoir convié l’assistance à observer une minute de silence, Il a annoncé que les festivités étaient maintenues mais que la sécurité serait renforcée par les services de l’Etat. «La liberté et le dialogue autour de la culture jazz est notre réponse à cet acte », a souligné le président de l’Epic Jazz avant de remercier tous les partenaires du Jazz Off ainsi que les 170 bénévoles qui font vivre le festival.

Le sous-préfet de l’arrondissement de Vienne, Florence Gouache, est également revenue sur les événements de la matinée et a incité : " Au  rassemblement et à l’unité pour contrer le terrorisme qui menace la France. Sur le territoire national, 1 750 personnes sont recensées pour leur implication dans un réseau terroriste et 130 procédures sont en cours. Notre festival de Jazz est une manière de lutter contre l’obscurantisme, alors que la liberté soit, et que le jazz soit ! » conclut Florence Gouache.

Sevim Sonmez

 

Un festival artistique et économique

Le directeur du festival, Stéphane Kochoyan a détaillé les manifestations mises en place autour du festival, les scènes fixes et mobiles mais également le festival off qui cette année a été renforcée grâce à la collaboration entre la CCI Nord-Isère, l’Amicale des hôteliers cafetiers et restaurateurs viennois (HCR), les commerçants, l’office de tourisme ainsi que ViennAgglo. « Cette année, 100 festivals ont été annulés, faute de budget. Cependant, Jazz à Vienne aura bien lieu avec un double objectif : réussir les concerts aux Théâtre antique mais aussi le Jazz Off », a indiqué le directeur. Et pour la réussite de la 35e édition, cette année, le budget a été maintenu à hauteur de 4M€ environ. Egalement présent, le président de la Chambre de commerce Nord-Isère, Daniel Paraire a rappelé l’importance du mécénat culturel pour des événements d’envergure tels que Jazz à Vienne. Quant à Patrick Curtaud, conseiller départemental de Vienne 1, il a annoncé l’intention du président du département de l’Isère, Jean-Paul Barbier, d’augmenter le budget dédié à la culture en 2016.

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide