Fermer la publicité

Enseignement : dotation de 288 postes pour l'académie de Grenoble

Isère le 28 janvier 2015 - Eric SEVEYRAT - Société - article lu 300 fois

Enseignement : dotation de 288 postes pour l'académie de Grenoble

A la tête de la Cinquième académie en France avec 525 000 élèves sur 5 départements, le recteur Daniel Filâtre a exprimé sa satisfaction envers la dotation 2015/2016, bien négociée puisque légèrement supérieure à son évolution démographique.

L’académie de Grenoble accueillera  pour la rentrée prochaine plus de 3885 élèves supplémentaires, soit une progression de 5%,  et bénéficiera de 288 nouveaux emplois d’enseignants (hausse de 7,8%). Confirmant la réalité de la priorité de l’Etat accordée à l’école, cet effort est assujetti aux axes prioritaires de la refondation de l’école amorcée dés 2013 : réduire les inégalités avec une aide renforcée aux publics les plus fragiles et réformer la formation des enseignants. Les 148 postes dédiés au premier degré seront consacrés à la scolarisation des moins de trois ans, notamment dans les quartiers sensibles, au renforcement du dispositif « plus de maîtres que de classes » (affectation d’un maître supplémentaire) et à l’évolution de la carte de l’éducation prioritaire (classement en REP, Réseau d’Education Prioritaire). En termes d’effectifs, l’Isère figure en troisième position derrière la Haute-Savoie et la Drôme, avec 449 élèves supplémentaires et 52 postes attribués.

Dans le second degré, la baisse des effectifs des collèges se confirme, traduisant la sortie du baby-boom des années 80 (-3%), vers les lycées professionnels (+ 2,1%) et les lycées généraux/technologiques (+2,5%). La filière professionnalisation confirme son succès et son impact contre le décrochage scolaire au niveau bac et post bac (+ 2,8%). Sur les 140 postes, 120 seront donc dédiés aux lycées. Au programme des nouveautés, beaucoup d’attentes envers le futur Plan Numérique qui doit dépasser les précédents plans, axés sur l’équipement, pour engager fondamentalement de nouvelles formes de pédagogie et d’organisation de l’école, à l’image des MOOC et des learning lab à l’université ou dans les grandes écoles. 800 élèves enseignants en alternance (à mi-temps) en formation dans la nouvelle Ecole Supérieure du Professorat et de l’Education (ESPE) seront en lisse dans cette programmation en France.

Un « sang neuf » qui assure pour le recteur un renouveau dans la manière d’enseigner « on a eu l’habitude de faire réussir ceux qui réussissent, il faut se concentrer sur ceux qui n’y arrivent pas », mais qui ne répondra que partiellement au déficit chronique d’enseignants dans certaines matières (maths, arts, lettres classiques) et dans certains territoires ruraux. Plusieurs pistes sont étudiées comme la reconversion de « deuxième carrière », en direction du monde scientifique ou de l’entreprise. Attendant la mise en place du nouveau plan sur la laïcité de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, Daniel Filâtre a confirmé les remontées des difficultés, voire du désarroi des enseignants, en première ligne dans le contexte post « 7 janvier ». Le rectorat a déjà nommé des référents laïcité et mis en ligne des ressources pédagogiques. Rendant hommage à l’implication du corps enseignant, Danièle Filâtre a réaffirmé la place de l’éducation nationale  « L’école est convoquée, …elle doit être un sanctuaire face aux problèmes de la société, mais doit rester ouverte à la société ».

                                                                                                                                                                                                                                                   Nanouk Lantran


 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide