Fermer la publicité

Energies - Le Siel renouvelle ses locaux

Loire le 07 août 2014 - Emilie Massard - Actualités - article lu 446 fois

Energies - Le Siel renouvelle ses locaux
Les nouveaux locaux du Siel, modèle en matière de performances énergétiques (D.R.)

Rue Charles-de-Gaulle, en plein cœur du centre-ville de Saint-Etienne, les locaux du Siel montraient leurs limites depuis quelques temps déjà devant le développement du syndicat d’énergies de la Loire.

Les jugeant un peu trop étroits, les élus du Siel avaient donc décidé de trouver un autre emplacement pour y faire construire leur immeuble.
Le terrain idéal avait été trouvé à l’entrée de Saint-Priest-en-Jarez, rue Albert-Raimond à deux pas des accès autoroutiers et des transports en commun. Débutés en février 2013, les travaux se sont poursuivis comme prévu jusqu’à cet été, et les 80 agents bénéficient désormais de 2 600 m² de bureaux sur deux niveaux, conçus par le cabinet d’architectes stéphanois XXL Atelier. Pour faire écho à l’action du Siel, qui fait chaque jour la promotion des énergies renouvelables, le bâtiment se devait de répondre à de hautes exigences en matière de performances énergétiques. Répondant à la norme BBC, l’immeuble est conçu pour être performant (isolation par l’extérieur avec bardage bois par exemple), mais il est également pourvu de nombreux dispositifs innovants d’énergies renouvelables : centrale solaire photovoltaïque intégrée en façade verticale, chaudière au bois équipée d’une micro-cogénération, micro-cogénération au gaz assurant la production de chaleur et d’électricité, pompe à chaleur à gaz, éclairage intérieur avec des leds, borne de recharge pour véhicule électrique, toiture végétalisée, ventilation double-flux, télégestion de l’ensemble des équipements énergétiques, etc.
Plus que de nouveaux locaux, cet immeuble est véritablement une vitrine pour le Siel qui peut ainsi démontrer son savoir-faire mais aussi expérimenter de nouveaux dispositifs. Les travaux ont été réalisés pour un budget de 2,8 M€ HT, qui sera en partie financé par la vente de l’immeuble laissé vacant en centre-ville.

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide