Fermer la publicité

Energie - Le Forez produit du biocarburant, mais ne s’en sert pas

Loire le 17 février 2014 - Daniel Brignon - Forez - article lu 776 fois

Energie - Le Forez produit du biocarburant, mais ne s’en sert pas
L'unité de pressage installée en 2008 à Feurs (D.R.)

L’équipement de pressage au coût de 150 000 €, subventionné par le conseil régional et le conseil général à hauteur 50 %, a été mis en œuvre en janvier 2008 à la Cuma de Feurs.

Pour occuper à pleine capacité cette unité de production d’huile, il faut presser 450 à 500 t de graines de colza à l’année. Ce cap n’est pas tout à fait atteint, mais l’expérience est durable. La production s’est stabilisée à 200 t à l’année, explique Guy Giraud, vice-président de la coopérative. Le colza est cultivé sur 100 ha de la plaine du Forez par 15 adhérents de la Cuma. L’huile produite, initialement destinée à servir de carburant, a trouvé en revanche pour sa plus grande partie une autre destination. Elle est vendue à des usines d’aliments pour animaux. « On préfère réorienter l’huile végétale sur d’autres applications, plus rémunératrices que le serait son usage sous forme de carburant, sachant le prix du gazole actuel », admet Guy Giraud qui souligne aussitôt que « nous avons appris dans cette expérimentation à faire tourner des moteurs à l’huile et si le gazole venait à coûter cher, nous pourrions assez vite nous mettre en autonomie. »
Le bénéfice pour les producteurs de cette installation de production d’huile ne réside pas dans ce seul produit mais dans le produit dérivé que constitue le tourteau, issu du pressage de la graine de colza. C’est le tourteau, recherché comme complément protéique dans l’alimentation bovine, qui motive le plus les producteurs, fait remarquer Guy Giraud, qui évoque encore l’intérêt de la culture du colza en assolement avec le blé. « Le colza restitue de l’azote au sol, ce qui nécessitera moins d’engrais pour la récolte qui suit ».
Un cycle vertueux qui a raison du succès de la filière, « tout le monde s’y retrouve », conclut Guy Giraud.

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide