Fermer la publicité

Elections départementales 2015 : L'Union pour la Loire affiche ses candidats

Loire le 17 janvier 2015 - Mathieu Ozanam - Politique - article lu 4922 fois

Elections départementales 2015 : L'Union pour la Loire affiche ses candidats
Mathieu Ozanam - « Un homme avec un homme et une femme avec une femme, c'est comme cela que cela se passe ici »

Le président du conseil général de la Loire, Bernard Bonne, a officiellement lancé la campagne de l'Union pour la Loire (UPL) samedi 17 janvier. Les équipes composées de 4 candidats se sont tour à tour présenté.

Rajeunissement et diversité des candidats, c’est en résumé la façon dont le président sortant du conseil général de la Loire a décrit la composition de la liste de « rassemblement de la droite, du centre et indépendants » pour le scrutin des 22 et 29 mars 2015.

Pour ces élections départementales les règles ont changé : des cantons aux périmètres redessinés, agrandis et ramenés au nombre de 21 ; deux candidats titulaires (un homme et une femme) accompagnés de deux candidats suppléants (un homme et une femme). Une nouvelle organisation qui n’est pas allée sans commentaires de la part des candidats de l’Union pour la Loire (UPL) réunis samedi 17 janvier dans les salons du Grand Cercle à Saint-Etienne pour le lancement de la campagne. « Un homme avec un homme et une femme avec une femme, c’est comme cela que cela se passe ici », a rappelé Bernard Bonne. En cas de démission du conseiller départemental titulaire, c’est en effet le suppléant du même sexe qui sera appelé à le remplacer pour préserver l’exacte parité au sein de la prochaine assemblée départementale. « C’est une première application du mariage pour tous, ironise l’un des candidats. Elle est d’ailleurs unique au monde. »
Le redécoupage des cantons, qui a été contesté par certains élus devant le conseil d’Etat l’an dernier, amène lui aussi des commentaires. « Surréaliste », étant un terme répété à de multiples reprises. « Il va falloir expliquer  aux électeurs les nouvelles règles », intervient Jean-Michel Lionard, candidat suppléant dans le canton de Saint-Etienne n°2. « 30 % des électeurs vont changer de bureau de vote. » Pour Bernard Bonne, lui-même candidat dans le canton du Pilat, « c’est une complication » qui pourrait avoir un impact sur la participation des électeurs au scrutin. Robert Karulak, candidat dans le canton de Saint-Etienne n°5 (celui du conseiller général socialiste Régis Juanico), va plus loin. « Le découpage dans ce canton n’est pas surréaliste, il est “socialiste“. Le ministère de l’Intérieur a fait en sorte de mettre dans ce canton tous les bureaux de vote susceptible de voter socialiste. »

Des visages pas tout à fait inconnus

Dans sa présentation introductive, Bernard Bonne a donné quelques actions phares qu’il souhaite mettre en œuvre si l’UPL emporte la majorité : « zéro pourcent d’augmentation d’impôts, garantir un haut niveau d’investissement public pour favoriser l’emploi local, garantir un meilleur service aux citoyens en dépensant moins d’argent public, créer des Maisons départementales des services publics dans les territoires (il en existe actuellement une à Pélussin et une autre à Noirétable, Ndlr) poursuivre la contractualisation avec les communes. »
Le rassemblement des différentes sensibilités de la droite, du centre et des indépendants se traduit au sein des 42 candidats par 10 personnalités UMP ou apparentées, 8 UDI ou apparentées (dont 2 MoDem) et 24 indépendants. La liste présente 30 nouveaux visages au sein de l’assemblée départementale (ou presque : seuls 8 ne se sont jamais présentés à une élection) et 12 sortants. Des visages pourtant pas tout à fait inconnus puisque les adjoints et les conseillers municipaux délégués au maire de Saint-Etienne représentent la moitié des candidats sur les 5 cantons de Saint-Etienne, dont 7 à des places de titulaires.
On retrouve aussi des maires : Jean-François Barnier (Le Chambon-Feugerolles), Georges Bonnard (Pélussin), Paul Celle (Villars), Jean-Claude Charvin (Rive-de-Gier), Elisabeth Forest (Jonzieux), Luc François (La Grand-Croix), Yves Patrat (La Fouillouse), Hervé Reynaud (Saint-Chamond).
Il y a également des premières adjointes : Corinne Besson Fayolle (Cellieu), Anne Chabance (Rochetaillée), Odile Coulange (Çaloire), Annick Fay (Roche-la-Molière). Et des élus d’opposition dans des conseils municipaux : Joëlle Ricard-Fourneyron (La Ricamarie), Emmanuel Girerd (Saint-Genest-Lerpt), Gérald Comitre (Saint-Jean-Bonnefonds), Manuela Lambert (Saint-Héand), Julien Luya (Firminy).

Quant au président sortant Bernard Bonne parfois annoncé comme futur candidat aux élections régionales, il a insisté : « pour l’instant je suis candidat dans mon canton (du Pilat, Ndlr), il n’est question de rien d’autre aujourd’hui ». Le plus important dans sa déclaration étant peut-être dans le « pour l’instant ».

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide