Fermer la publicité

Ehpad Montagny-Coutouvre : inévitable fusion en 2017 ?

Loire le 10 mars 2015 - Louis Pralus - Société - article lu 969 fois

Ehpad Montagny-Coutouvre : inévitable fusion en 2017 ?

Un projet de regroupement des maisons de retraite de Montagny et Coutouvre sur le site de Coutouvre est actuellement en réflexion, mais est marquée par une violente opposition de Montagny. Le directeur des deux maisons, Jacques Boyer, s'explique.

Jacques Boyer part d'un constat. « Les petits établissements ont de plus en plus de mal à faire face aux contraintes financières. Coutouvre (54 lits), Montagny (50 lits) et Perreux sont les seuls établissements de moins de 90 lits. » Etat des lieux de l'Ehpad de Montagny. « Des chambres de moins de 20 m2, 5 chambres double, une table de nuit pour deux... Il faut faire un établissement de 100 lits à Coutouvre, confortable. C'est l'intérêt majeur des résidents. »

Question de confort des résidents et aussi question financière. « Montagny a 3 lits non occupés. Un lit non occupé, ce sont 20 000 € de recettes en moins. » Un regroupement d'activité est commencé avec la lingerie depuis un an ; il était prévu avec la cuisine en la confectionnant à Montagny avant de construire une nouvelle cuisine à Coutouvre mais ce projet est arrêté ».
Le projet d'une maison  à 100 lits se compléterait de nouveaux services : accueil de jour, accueil temporaire, accueil Alzheimer. On ne peut pas s'agrandir à Montagny, à Coutouvre c'est possible avec un champ de plusieurs hectares, touchant la maison de retraite et propriété de l'établissement. « Je veux la qualité de l'hébergement et la qualité des conditions de travail », répète le directeur. Y aurait-il des emplois perdus en fusionnant ? « Non, ce serait un ajustement à la marge pour les gardes de nuit , le personnel de cuisine serait réparti sur d'autres services. »
Ce projet de fusion est rejeté par la commune de Montagny, qui a manifesté avec le maire devant sa maison de retraite pendant la tenue du conseil d'administration (qui a voté contre).  La situation est bloquée. « Ils veulent garder leur maison de retraite, un point c'est tout.» Jacques Boyer avance : «  Le conseil général m'a dit : on ne vous aidera que pour le projet de fusion. Il est hors de question que je soutienne d 'autres projets parce qu'ils ne seront pas validés. »
Alors que va-t-il se passer ? « L'ARS ne peut pas obliger à fusionner mais il faut une autorisation d'exercer tous les 5 ans, ce sera en 2017. A ce moment-là l'ARS peut très bien ne pas renouveler l'autorisation de Montagny. »

Louis Pralus



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide