Fermer la publicité

EHPAD : La dépendance, un défi à relever !

Isère le 11 octobre 2015 - Patricia TRICOCHE - Nord-Isère - article lu 484 fois

EHPAD : La dépendance, un défi à relever !
Patricia Perry Tricoche - De nombreux élus pour couper le tradittionnel ruban

L'inauguration de l'EHPAD public « Le Thomassin » à Pont-de-Beauvoisin a permis de découvrir un équipement moderne ouvert et agréable.

Le Thomassin se veut une maison de retraite médicalisée et un lieu de vie centré sur l’humain. Il remplace en effet l’ancienne maison de retraite dont l’architecture datant des années 1970 présentait des difficultés de fonctionnalité et de mises aux normes. Le nouvel EHPAD peut désormais accueillir 110 résidents sur une surface totale de 6000 m2 avec une unité de 24 places spécialement aménagée pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et autres pathologies de désorientation. L’opération d’un montant total de 13,8 M€ a été en partie financée par la commune de Pont-de-Beauvoisin et les caisses nationales de retraite. Les soins et le bien être des résidents sont assurés par 74 salariés encadrés par une équipe médicale et paramédicale renouvelée. Comme l’exprimait Serge Malacchina, également directeur des centres hospitaliers de Bourgoin-Jallieu et de La Tour-du-Pin, « Le projet médical de l’établissement vise à répondre aux besoins fondamentaux de sécurité et de confort tout en facilitant le travail des personnels pour une ergonomie plus adaptée aux personnes âgées à mobilité réduite. »

C’est aussi une réponse à un grand défi démographique. Pont-de-Beauvoisin se situe dans la zone d’intervention des Vals-du-Dauphiné qui en 2011 comptait 5886 personnes âgées de plus de 75 ans soit 7,95% de la population. Lors de son intervention, Laura Bonnefoy, vice-présidente du département chargée de la dépendance et des handicaps, rappelait le contexte démographique de l’Isère où le vieillissement de la population est plus rapide que la moyenne française. S’agissant du coût à la charge des résidents, la députée Joëlle Huillier ne manquait pas de faire remarquer qu’il est l’un des plus minimes de Rhône-Alpes voire de France. La représentante de l’Agence Régionale de Santé Valérie Genoud, s’attachait plus particulièrement à l’offre de proximité.  Le mot de la fin revenait au sous-préfet Thierry Demaret qui se réjouissait du remplacement d’un établissement vétuste. C’est autour du maire de Pont-de-Beauvoisin Michel Serrano qu’était coupé le traditionnel ruban.

Patricia Perry-Tricoche

 

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide