Fermer la publicité

EELV-Le rassemblement veut accélerer sur les « circuits courts »

Isère le 26 octobre 2015 - Caroline Thermoz-Liaudy - Politique - article lu 493 fois

EELV-Le rassemblement veut accélerer sur les « circuits courts »
Caroline Thermoz-Liaudy - « Nous sommes une équipe. Il y a plusieurs têtes de liste, pour les différents territoires, et compétences.»

A l'approche des élections régionales qui se dérouleront les 6 et 13 décembre prochain, L'Essor Tribune s'entretiendra chaque semaine avec une tête de liste du département de l'Isère. Une rencontre basée sur les programmes. Jusqu'au scrutin, retrouvez l'ensemble des partis (dans un ordre tiré au sort). Cette semaine, Myriam Laïdouni-Denis, du « Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire ».

Pouvez-vous nous donner les grands axes de votre programme ?

Nous aborderons notre programme dans la transversalité. Que ce soit en termes de qualité de l’air, de traitement des déchets pour la complémentarité des entreprises (comme l’entreprise Tredi de Salaise-sur-Sanne), ou pour développer les circuits-courts. Nous pensons que l’économie n’est pas une finalité en soi, mais un outil au service d’un projet. Le but c’est le bien-être et le bien-vivre. Un des projets concernera les trains inter-régionaux. A l’heure où la SNCF se désengage des petites lignes pour développer les grands axes plus rentables, nous voulons reprendre le transport TER en régie publique pour pouvoir adapter l’offre existante afin de maintenir ces lignes et les adapter aux flux de vie. […] Nous pourrions travailler à rendre le train moins cher que d’autres transports.

Comment construisez-vous ce programme ? Quels seront vos leviers d’action ?

Le programme est en train d’être co-construit par des élus et des citoyens qui ont travaillé en commissions thématiques pour dégager 10 grands axes. Et nous nous appuyons sur ce qui a déjà été fait par les élus sortants. Contrairement aux autres partis, nous ne partons pas du principe que la croissance va revenir. Nous nous appuyons sur une croissance locale et solidaire. On se basera sur le développement des circuits courts, l’aide au développement de l’économie sociale et solidaire, et le soutien au TPE et PME, tissu très vivace qui a besoin d’être accompagné. Nous pourrons agir via la commande publique. Il y a évidemment des appels d’offres à respecter, mais on peut y intégrer des critères carbones qui favoriseraient des circuits courts. […] Qui dit commande publique dit argent publique. Les subventions doivent être conditionnées par des critères de pérennité, de localisation, des normes sociales et environnementales… Avec des aides pour l’adaptation et la mise aux normes. Et puis en dehors des subventions, il y aura la possibilité d’avances remboursables.

 « Avec le PS, il n’y aura pas de fusion pour la fusion »

Favoriser les circuits courts, à la manière de ce qui se fait déjà dans les cantines ?

Les circuits courts ce ne sont pas que des cantines, mais aussi les imprimeries, toutes les entreprises… Et pour revenir aux cantines, nous n’étions pas pour les cuisines centrales qui ont retiré des emplois localement dans les petits villages, et qui font que les denrées sont transportées. Il ne faut pas tout rassembler sur une grosse agglomération. C’est aussi ça notre programme, c’est faire en sorte que les territoires soient complémentaires.

Envisagez-vous une fusion avec le PS au second tour ?

Il n’y aura pas de fusion pour la fusion, ça n’a pas de sens. Nous avons fondé notre rassemblement sur le fond, sur notre démarche et notre projet politique. S’il y a au bout de chemin à faire ensemble, ce sera sur le programme. Et nous ne déciderons pas seuls, notre assemblée représentative, construite avec des gens de la société civile décidera. Notre objectif est d’abord de faire ce que l’on veut faire, mais aussi de battre la droite. […] Laurent Wauquiez, sur le plan éthique et moral, est aux antipodes de notre projet. Ce qu’il porte ne doit pas arriver à la tête de notre région.

Propos recueillis par Caroline Thermoz-Liaudy

Qui est-elle ?

Myriam Laïdouni-Denis, 45 ans, tête de liste départementale pour les élections régionales, conduira la liste « Le Rassemblement citoyen, écologiste et solidaire ». Habitante de la Bièvre (Saint-Michel-de-saint-Geoirs), elle est chanteuse et comédienne, co-fondatrice d’une association de culture à l’hôpital avec des pédiatres oncologues. Militante pour l’égalité des droits et l’écologie, elle a adhéré au parti EELV il y a maintenant 4 ans. Elle en est la porte-parole depuis 2014.
 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide