Fermer la publicité

Numerik's a survolé la crise

Isère le 10 juillet 2015 - Jacques Savoye - Tech et Médias - article lu 1060 fois

Numerik's a survolé la crise
Numerik's - Christophe Carron (en blanc) et le personnel de Numerik's à Central Park.

C'est à New York que le personnel de Numerik's, start-gup de Bourgoin-Jallieu, a célébré les 10 ans de l'entreprise spécialisée dans l'informatique et la téléphonie mobile. Une surprise que leur avait réservée Christophe Carron, « le boss ».

C'est une belle histoire. L'une de celles qui, en ces temps de crise et de fortes chaleurs, égayent l'atmosphère. Pour Christophe Carron, elle prend racine en 2004. « J'étais expert-comptable. Mais je m'ennuyais. Ce job ne correspondait pas à ma personnalité. Je manquais des contacts qui sont le propre d'une activité commerciale », confie-t-il. 

Il décide alors de faire le grand saut en ciblant l'informatique et la téléphonie mobile dont il pressent l'essor auprès du grand public. En août 2005, Numerik's ouvre ses portes rue de la Libération à Bourgoin. « Nous n'étions que deux : un technicien et moi », se souvient ce fils d'ouvrier chez qui surgit encore l'idée de dépanner les particuliers à domicile. Ce sera Docteur Informatik, concept original qui répond aux besoins d'une clientèle peu ou pas experte.

L'installation de Numerik's au cœur de la rue piétonne qu'est la rue de la Liberté va lui donner une autre dimension. « La visibilité et la fréquentation du lieu nous a boostés ». Las, Numerik's, qui entre temps s'est implanté à Morestel et à Vienne, va être confronté à la crise. « En téléphonie mobile, nous étions  franchisés de Phone House. Mais, suite à la politique choisie par un opérateur, Phone House a disparu. On a pris un coup. Alors que j'étais jusqu'ici dans une logique d'embauche,  j'ai envisagé de licencier », explique Christophe Carron. Cette crise, il va la la vaincre en jouant sur les différences de la clientèle, en collant au plus près des besoins.

L'ouverture, à la Maladière (près de Castorama) de la filiale LDLC (un concept dû au Lyonnais Laurent de La Clergerie), a contribué à rétablir la situation. « Le client veut du service et de la proximité. C'est le secret de la réussite », assure Ch. Carron qui, pour les 10 ans de son entreprise, lors du pont du 1er mai, a emmené ses 20 salariés à la découverte de New York. « C'était un secret. Le but du voyage n'a été révélé qu'au moment où nous allions à l'aéroport », sourit-il. Pour le 20e anniversaire de Numerik's, il réfléchit à une autre destination. En attendant, c'est l'ouverture prochaine de Numerik's à La Tour-du-Pin qui le mobilise. Ce sera cet automne.

Jacques Savoye



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide