Fermer la publicité

Eco-conception - Mijno : l’éco-conception allège la production

Loire le 22 mai 2014 - Emilie Massard - Agglomération stéphanoise - article lu 1482 fois

Eco-conception - Mijno : l’éco-conception allège la production
3 t de matériaux pourront être économisées chaque année grâce à cette réflexion (© Emilie Massard)

Fondée en 1919 à Saint-Etienne, la société Mijno fabrique des engrenages, crémaillères de précision et réducteurs de vitesse pour des clients dans le domaine de l’aérospatial et la défense, le nucléaire, le secteur pétrolier, les transports, etc.


En 2013, l’entreprise qui emploie 66 personnes a exporté 54 % de sa production, et notamment pour équiper des machines-outils aux Etats-Unis et en Chine. De 8,2 M€ en 2013, elle prévoit d’augmenter son chiffre d’affaires à 8,5 M€ en 2014. Et cette croissance se fera peut-être grâce à une démarche entreprise autour de l’éco-conception. « Avec la volonté d’allier les aspects économiques et écologiques, nous avons voulu proposer à nos clients des matériaux et des procédés innovants, pour rebooster nos produits », explique Grégory Mijno, arrière-petit-fils du fondateur et directeur industriel.
Les équipes de Mijno se sont donc penchées sur un réducteur de vitesse correspondant à leur milieu de gamme, et en analysant sa conception, se sont d’abord aperçus qu’il y avait de grosses économies possibles sur la matière utilisée. « En concevant nos pièces à partir d’un cylindre, nous perdions jusqu’à 88 % d’aluminium par exemple pour la bride moteur, a constaté Grégory Mijno. Cela représentait des opérations inutiles et du temps supplémentaire sur la machine. » Avec l’aide du Cetim et le soutien de l’Ademe, les équipes de recherche et développement de la société ont donc imaginé remplacer le cylindre de matière première standard par une fonderie qui épouserait mieux les formes de la pièce.
Le gain : une tonne d’aluminium et 2 t d’acier économisés chaque année, deux opérations d’usinage en moins. « L’investissement a été important pour les équipes, cela représente 2 ans de travail, mais on va réaliser de vraies économies en travaillant de façon plus écologique. La production de ce nouveau produit sera lancée en 2015, et nous espérons élargir ce travail à d’autres produits de notre catalogue. »

Emilie Massard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide