Fermer la publicité

Du locatif et de l'accession pour Voreppe

Isère le 22 juillet 2015 - Caroline THERMOZ-LIAUDY - Centre-Isère - article lu 431 fois

Du locatif et de l'accession pour Voreppe

6 ans après la validation du projet, la première pierre de l'ensemble immobilier du Lorzier à Voreppe a enfin été posée le 9 juillet dernier. 72 logements et deux locaux commerciaux sont en cours de construction.

Le projet est bien situé : sur le bas du lycée des Portes de Chartreuse (a qui appartenait le terrain), en face de la nouvelle mairie, et à proximité immédiate de la ligne de bus reliée au tramway, à quelques minutes à pieds de la gare et des commerces du centre-ville. Quant à ses futurs occupants, ils auront le choix entre l’accession ou la location. L’opération mixte comprend 72 logements répartis dans quatre bâtiments : 20 locatifs et 52 à l’achat, et deux locaux commerciaux.

En ce qui concerne les logements locatifs gérés par la SDH (Société dauphinoise de l’habitat), et livrés en juillet 2016, le projet immobilier prévoit 14 PLUS et six PLAI, ainsi que des garages pour chacune des habitations. Deux appartements T4 sont aussi prévus pour accueillir des étudiants en situation de handicap physique qui seront loués par l’association des paralysées de France (APF).

Le coût de cette opération s’élève pour la SDH à un peu plus de 3 M€ financés à hauteur de 75,5 % par un prêt de la caisse des dépôts, 4,7 % par le Pays Voironnais, 4,6 % par Amallia, 3,13 % par des subventions d’Etat, 1,19 % du conseil départemental et 0,79% de l’APF. La SDH a engagé près de 10% des travaux sur ses fonds propres.

Claude Chausson, architecte de « L’atelier A » à Grenoble, s’est réjouit du début des travaux « 6 ans après avoir remporté ce projet. Les immeubles seront d’une volumétrie intermédiaire sur 1 ha de terrain, donc avec une faible densité. » Luc Rémond, maire de Voreppe, a lui tenu à souligner un projet qui respecte les deux priorités que s’est donné sa ville : faire évoluer le logement social et le cadre de vie voreppin et le faire dans une évolution harmonieuse. Le tout sur deux tableaux, le locatif et l’accession, même si cette dernière partie a été mise en péril par la mise en redressement judiciaire d’une partie des acteurs. Heureusement pour la cohésion du projet, une solution a été trouvée via la SARL La cascade et les travaux débuteront bien en septembre prochain.

Des travaux particulier à réaliser comme le soulignait le président de la SDH Gérard Poncet, puisque situés dans une zone architecte des bâtiments de France.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide