Fermer la publicité

DS Confort cherche une solution de continuation

Loire le 09 février 2015 - Denis MEYNARD - Industrie - article lu 2315 fois

DS Confort cherche une solution de continuation

L'entreprise stéphanoise, héritière d'une tradition de canapés et fauteuils de qualité, ne veut pas disparaître.

DS Confort, spécialisée dans la fabrication de salons (canapés et fauteuils) en cuir, moyen et haut de gamme, est dans l’attente d’une solution de continuation ou d’offres de repreneurs, après son placement en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Saint-Etienne. La PME d’une quarantaine de salariés en comptait 150 dans les années 80, lorsqu’elle s’appelait Simonet. Elle reste spécialisée dans les canapés, fauteuils, banquettes moyen et haut de gamme, recouverts de cuir, mais aussi de tissus, allant de l’alcantara à des microfibres.

La direction d’Home Spirit vise une restructuration et un chiffre d’affaires d’un peu plus de 200 000 € par mois pour cette société dont le chiffre d’affaires était l’an dernier de 3,5 M€, avec un passif cumulé de 1 M€. Selon les informations communiquées aux salariés stéphanois, le groupe avait déjà déposé le bilan de dix de ses sociétés (dont deux ont été liquidées). La plus importante, Mousse du Nord, réalise un chiffre d’affaires de plus de 30 M€ dans la fabrication de mobilier pour la grande distribution. En 2001, il a acquis Dodo, à Bruxelles, puis s’est doté d’unités de production en Pologne.

Depuis 1999, DS Confort est filiale à 100 % du groupe familial Home Spirit, dirigé par René-Jacques Dufour. Ces dernières années, la filiale stéphanoise a cédé un des deux bâtiments qu’elle utilisait rue du Vercors. Celui d’environ 2 000 m2 où elle est installée, appartient majoritairement à une SCI détenue par la famille Dufour. Sébastien Dufour, un des fils du fondateur, a quitté la direction de DS Confort, à Saint-Etienne, en août dernier, pour suivre son épouse en Thaïlande. Depuis, il n’a pas été remplacé.

Les salariés stéphanois de cette usine de la zone d’activités de La Chauvetière, qui exercent les métiers de couturier, tapissier, menuisier…  déplorent l’absence d’investissements dans l’outil de production. Indiquant avoir exposé plusieurs de leurs productions, fin janvier, à Paris, au Salon Maison & Objet, ils estiment que leur savoir-faire ne doit pas disparaître de Saint-Etienne. Tout en redoutant d’être « sacrifiés par le groupe, basé dans le Nord de la France ».

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide