Fermer la publicité

Distribution - Casino récolte les fruits de ses baisses de prix

Loire le 25 août 2014 - Denis Meynard - Actualités - article lu 419 fois

Si elles ont permis d’enrayer le recul des ventes, les baisses de prix consenties chez Géant et Leader Price ont pesé sur le résultat opérationnel courant du premier semestre (165 M€).

Particulièrement dans l’Hexagone où il est en recul de 18,9 %. A changes constants, le résultat opérationnel grimpe de 13,3 %, de solides performances à l'international, qui pèse pour 60 % des ventes du groupe, ayant permis de compenser la baisse des résultats en France, plombés par Leader Price. Les ventes du format discount de proximité ont en effet décroché de 8,6 % au premier semestre après des baisses de prix massives opérées fin 2013 pour regagner des parts de marché sur la concurrence. Le patron de Casino a souligné que son enseigne Leader Price, présenté comme « la moins chère du marché selon un panéliste indépendant », a franchi au deuxième trimestre l'étape du redressement de son trafic clients. En matière de discount, Jean-Charles Naouri a estimé que le prix qu’il avait proposé était « rationnel mais, semble-t-il, pas suffisant » par rapport à celui proposé par son concurrent Carrefour pour le rachat des magasins Dia de l’Hexagone. Sur la sellette ces dernières années, le format des hypermarchés a réussi à accroitre ses volumes, à augmenter le nombre de ses clients, ainsi que son chiffre d’affaires (+ 3 % sur le dernier trimestre), a noté avec satisfaction Jean-Charles Naouri, lors de la présentation des résultats. Ajoutant que l’amélioration de la rentabilité de ce format de magasin est attendue « de façon imminente ». Le distributeur stéphanois récolte les fruits de son repositionnement de prix dans ses hypermarchés Géant (engagé fin 2012) dont les ventes ont commencé à se redresser au deuxième trimestre. Casino annonce par ailleurs avoir « placé avec succès une émission obligataire d’un montant de 900 M€ et d’une maturité de 12 ans. Largement sursouscrite par une base d’investisseurs diversifiée, elle portera un coupon de 2,798 % ce qui est le plus bas niveau jamais atteint par le Groupe », qui renforce ainsi sa liquidité et allonge la maturité moyenne de sa dette obligataire de 5,5 à 6,3 années.


Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide