Fermer la publicité

Disparition du poète stéphanois Henri-Simon Faure

le 14 janvier 2015 - Rédaction - Livres - article lu 721 fois

Disparition du poète stéphanois Henri-Simon Faure

Le poète stéphanois Henri-Simon Faure vient de disparaître à l'âge de 91 ans.

Henri-Simon Faure était né à Saint-Etienne en 1923 et il est décédé le 10 janvier 2015 à Saint-Etienne. Il était marié avec la peintre Lell Boehm et père de trois enfants dont Daniel-Simon Faure peintre décédé en 2002  Françoise Faure-Poyet, enseignante en arts appliqués mariée au peintre  Jean-Marc Poyet. Et Cécile Faure.
Henri-Simon Faure, pupille de la nation, fait ses études au lycée Claude-Fauriel avant de participer très jeune à la Seconde Guerre mondiale en rejoignant le front avec l’armée Rhin et Danube. Revenu à la vie civile, après son travail chez un fournisseur d’électricité, il se consacre à la poésie où ses textes poétiques paraissent dans la revue Le Cadran Lunaire et ils sont également publiés par les Editions du Lérot. Il figure dans l’édition du Dictionnaire des lettres françaises (1967) et dans L’histoire de la poésie française (1988) rédigé par Robert Sabatier. En 1989, il reçoit même le Babet d’or de la poésie lors de la Fête du livre de Saint-Etienne. Chaque été, il se retirait sur les hauteurs du village médiéval Oppède-le-Vieux, dans le Lubéron où il écrivit un ouvrage reconnu par la critique : Au mouton pourrissant dans les ruines d'Oppède publié dans la revue Le Cadran lunaire.

 

Bibliographie :

D'orgiaque gratuité, La Tour de feu, 1950
L'illicite Amour, La Tour de feu, 1951
Au mouton pourrissant dans les ruines d'Oppède, la Cadran lunaire, 1955
Tombeau de Marine Valentin, La Main violette, 1963
Je brocanteur de mots, les Poètes de la Tour de Feu, 1965
Mézigue ou le Métèque du Panassa, Chambelland, 1966
Almanach 5 de l'ardeur augmentée, Chambelland, 1967



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide