Fermer la publicité

Deux nouvelles naissances au zoo de Lyon

Rhône le 05 mars 2015 - Fabien RIVIER - Vie locale - article lu 122 fois

Deux nouvelles naissances au zoo de Lyon
D.R. - Le girafon aura bientôt un prénom

Kissa a désormais un petit frère : ce girafon est le deuxième à naître au zoo de Lyon depuis l'installation de la plaine africaine, en 2007.

Il a vu le jour fin janvier et a pris place dans la giraferie, aux côtés des femelles. Comme cela peut aussi arriver lorsque les girafes naissent en milieu naturel, la mère du girafon a délaissé son petit. Les équipes du zoo ont donc mis en place un protocole très strict pour permettre à cet animal d’être nourri sans pour autant être biberonné et séparé du groupe.
Ce girafon appartient à la sous-espèce antiquorum pure, dont il ne reste que 3 000 individus en Afrique et 74 en captivité en Europe. Le zoo de Lyon participe au programme européen d’élevage pour cette sous-espèce, avec dix autres zoos en France. Ce girafon lyonnais est le deuxième à naître depuis le début de l’année en Europe.
Le girafon n’a pas encore été baptisé et la Ville de Lyon propose aux Lyonnais de voter pour leur prénom préféré, parmi trois propositions : Yanci (Liberté), Wayo (le malin), Tsaxo (le grand). Ces prénoms sont tous issus d’un dialecte du Niger, région d’origine des girafes. Rendez-vous sur www.lyon.fr pour voter jusqu’au 11 mars.
Une femelle antilope rejoint également le zoo : elle s’appelle Tiya et c’est une femelle Cob de Mrs Gray. Il s’agit d’une espèce en danger d’extinction, du fait d’une diminution de son milieu de vie en raison de guerres civiles, de l’exploitation du pétrole, etc. Le zoo de Lyon fait partie d’un programme européen d’élevage et s’implique en reproduisant l’espèce, mais aussi en apportant son aide à la réalisation d’études sur la nutrition et le comportement de ces animaux. Tiya est la 19e antilope à naître depuis l’arrivée de l’espèce en 2006. En 2014, cinq antilopes nées à Lyon sont parties former de nouveaux groupes reproducteurs aux Pays-Bas et en Angleterre.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide