Fermer la publicité

Désendettement de Casino qui s'est désengagé d'Asie

Loire le 16 mars 2017 - Denis Meynard - Commerces

Désendettement de Casino qui s'est désengagé d'Asie
Denis Meynard - Casino poursuit la réduction des surfaces dédiées à l'offre non-alimentaire.

Le groupe stéphanois pronostique sur 2017 une hausse de 15 % de son résultat opérationnel courant.

Si la réorganisation de Casino, en France et à l’étranger, a porté ses fruits en termes de bénéfices, avec un résultat net de 2,68 Md€, grâce aux plus-values de cession en Asie, l’accueil des investisseurs et des analystes n’a pas été enthousiaste la semaine dernière, à l’annonce des résultats 2016. Le résultat opérationnel courant a franchi la barre du milliard d’euros et le résultat net normalisé part du groupe s’élève à 341 M€. Le dividende proposé à l’assemblée générale pour l’année écoulée est de 3,12 € par action. Le chiffre d’affaires global a progressé de 5,7 %, à 36 Md€. Au prix de la cession des activités asiatiques et de la branche non-alimentaire brésilienne, la dette financière nette a été divisée par deux à 3,37 Md€. A la suite de son retrait de Thaïlande et du Vietnam, Casino n’est plus présent qu’en France et en Amérique du Sud.

+ 51 % de résultat opérationnel courant

Le redressement engagé dans l’Hexagone, malgré une croissance organique des ventes de 0,8 % seulement, s’y traduit par un résultat opérationnel courant en hausse de 51 %. Le réseau Monoprix (qui ouvrira une cinquantaine de magasins en 2017) poursuit son développement en réalisant de bonnes performances économiques. De son côté, l’enseigne discount Leader Price, qui a amélioré ses résultats, développe la franchise qui concerne désormais près de la moitié de son parc de magasins.

Le retour à la rentabilité des hypers Géant, dans lesquels Casino a investi sur le plan tarifaire et qui ont fortement réduit leurs pertes, est quant à lui attendu dès cette année. En France, la priorité est donnée à l'alimentaire, du fait de la captation par l'e-commerce du reste dont profite Cdiscount. Les ventes de cette filiale ont progressé de 13,6 %, avec une rentabilité qui se redresse par rapport à 2015. La surface des espaces non alimentaires des hypermarchés va donc être réduite au profit des galeries marchandes attenantes. Après l’expérimentation réalisée en 2016 dans les magasins de Toulouse et d’Angoulême, qui ont ainsi bénéficié d’une augmentation du chiffre d'affaires au mètre carré des surfaces restantes, l’opération sera menée au cours des prochains mois dans celui de Monthieu, à Saint-Etienne.

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide