Fermer la publicité

Des scouts solidaires jusqu’au Burkina Faso

Rhône le 22 juillet 2014 - La Rédaction - Actualités - article lu 1673 fois

Des scouts solidaires jusqu’au Burkina Faso
(© AS)

« Le scoutisme, je suis née dedans.

C’est là que mes parents se sont rencontrés ! » lance Camille Rivoire, étudiante en communication, qui a ainsi construit une partie de sa vie avec les Scouts et guides de France. Alors ce projet d’action de solidarité au Burkina Faso vient tout naturellement s’inscrire dans son parcours associatif du mouvement scout. Avec elle, six jeunes chefs louveteaux du groupe des Pierres dorées, âgés de 20 à 22 ans, portés par cet esprit fédérateur et initiateur, ont eu envie de s’engager ensemble pour apporter leurs compétences aux enfants d’un pays en souffrance. Habitués à transmettre leurs valeurs aux jeunes qu’ils encadrent près de Fontaines-sur-Saône, ils souhaitent exporter ce savoir, cette confiance et cette solidarité qui les animent. « Ce sont des liens qu’on ne trouve pas ailleurs », déclarent-ils unanimement. Dès lors, ils se mettent en contact avec les scouts du Burkina Faso et une association qui gère un orphelinat.
Florent Bernard, étudiant en médecine, ne part pas pour une simple aventure à l’étranger. Sa foi dans le mouvement scout est profonde : « La culture du scoutisme est différente selon les pays mais on retrouve toujours les mêmes valeurs, notamment celle de la fraternité internationale. » Pour son acolyte, François Ginestet, étudiant en sciences politiques, le Burkina Faso est une destination relativement facile pour ce genre de projet. « Nous ne sommes pas des super héros ! Le Burkina Faso est un pays francophone et sécurisé. Il est l’un des plus pauvres au monde, c’est donc là que nous serons utiles. »

Un budget de 11 000 €

Du 9 au 29 août, les sept scouts lyonnais vont ainsi participer à la reconstruction et à l’aménagement de certains locaux de l’orphelinat de Peyri à Koudougou, une ville située à une centaine de kilomètres de la capitale, Ouagadougou. Ils vont également encadrer, animer, donner des cours de soutien scolaire et sensibiliser les petits Burkinabés à certains projets, notamment la plantation des arbres. Avec la possibilité d’être accueillis dans des familles locales, ils vont enfin découvrir une culture lointaine et enrichir encore les valeurs qui leur sont si chères. « On va être déconnectés, sans ordinateur, sans téléphone, sans contrainte ! »
Pour financer le projet, d’un budget total de 11 000 €, les sept scouts ont effectué des petits jobs de baby-sitting, de travaux de peinture, de services de mariages et de restauration et de ventes de gâteaux. Ils ont aussi adressé un dossier de demande  de subventions auprès de nombreuses mairies et entreprises locales et ont fait fonctionner leurs réseaux. A ce jour, il manque encore 5 000 € pour boucler le voyage, les dons étant déductibles des impôts à hauteur de 66 %. « Le but n’est pas de faire des bénéfices mais de pouvoir verser de l’argent à l’association burkinabé », précise Solenne Cavanihac, étudiante en psychologie. Sur place, un blog permettra de suivre l’aventure de ces porteurs de projets, qui, à leur retour, présenteront leurs actions et feront partager leurs souvenirs pour susciter d’autres idées de solidarité internationale. « L’objectif est de mener nos actions jusqu’au bout, de faire preuve de disponibilité, de gérer au mieux nos interventions et de transmettre nos valeurs », ajoute Agathe Vaunois, étudiante en médecine. Avec tout de même un enrichissement personnel très fort et la découverte d’un pays inconnu. « Nous sommes curieux, l’Afrique nous attire », avouent les scouts qui attendent le jour du départ avec impatience mais sérénité. « Ce ne sont pas des vacances, on ne part pas pour se la couler douce ! »

Agnès Giraud-Passot


Florent.bdv@hotmail.fr


Une communauté ouverte

Les Scouts et guides de France sont la plus grande association française de scoutisme. Reconnue d’utilité publique, elle est catholique et ouverte à tous. Elle est agréée mouvement d’éducation populaire par le ministère de la santé, de la jeunesse et des sports. Dans le cadre de son engagement dans la vie sociale et de son projet éducatif, l’association peut participer à des activités d’intérêt général, notamment de solidarité, de sécurité civile et de protection de l’environnement.
Aujourd’hui, l’association compte 54 000 jeunes et 12 000 responsables bénévoles avec 1 200 implantations locales en France.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide