Fermer la publicité

Des passages à niveau plus sûrs, mais…

Isère le 10 juin 2014 - Caroline Thermoz-Liaudy - Région grenobloise - article lu 607 fois

Des passages à niveau plus sûrs, mais…
Une action de sensibilisation au passage à niveau de Gières, parmi 13 sites en France (D.R.)

La 7ème journée de sécurité routière aux passages à niveau a eu lieu le 3 juin dernier en France ainsi que dans une quarantaine d’autres pays.

Une journée parrainée par le ministère des transports, et organisée par RFF, l’association Prévention Routière, la SNCF, la sécurité routière, et l’association des maires de France. 13 sites en France ont été sélectionnés, dont le passage à niveaux de Gières, dans l’agglomération grenobloise, pour des actions specifiques. Un choix qui s’est porté sur cette commune en raison de sa proximité avec des établissements scolaires, sa situation en milieu urbanisé, mais aussi en raison d’un incident l’an passé : un bus scolaire était resté coincé sur les voies alors qu’il n’avait pas assez de place pour traverser. Justement, en France, 99%  des accidents sur les passages à niveau sont dus au non-respect du code de la route, à une vitesse excessive, ou à un comportement à risque. En 2013, RFF a dénombré 148 collisions, et 29 personnes ont trouvé la mort. Un nombre important, mais pourtant déjà divisé par 2 en 10 ans. Sur les 187 passages à niveau isérois, seuls 2 ont été désignés prioritaires. Celui de Domène qui a été supprimé fin 2013 (financé à 50% par RFF, 50% par les collectivités). Et celui de Villard-Bonnot, qui a subi l’an passé des travaux aux feux. Depuis 2006, la SNCF organise des journées de sensibilisations dans les établissements scolaires. 15 000 jeunes par an sont formés dans la région Rhône-Alpes, du CM1 à la 3ème.

Cette année à l’occasion de cette journée nationale, 3 films viraux ont été réalisés, visibles sur le www.securité-passageàniveau.fr. En 2013, 32 M€ ont été engagés par l’Etat, RFF, et les collectivités territoriales pour supprimer ou améliorer les passages à niveau, tandis que 36 M€ doivent être investis en 2014.

Caroline Thermoz-Liaudy



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide