Fermer la publicité

Des équipements commerciaux sur l'ex-site Demurger

Loire le 08 août 2015 - Denis Meynard - Immobilier et BTP - article lu 466 fois

Des équipements commerciaux sur l'ex-site Demurger
©DR - Patrick Desmonnet : « Le déménagement de Magicut Ultra Tools est prévu fin 2015 ou début 2016 ».

Un investissement global de 10 M€ est programmé pour réaménager les 3,5 ha de friches industrielles.

S’ajoutant au futur grand pôle commercial du centre de Roanne, un site roannais en reconversion devrait accueillir de nouvelles surfaces commerciales. Il s’agit des 3,5 ha de l’emprise du site Demurger, vendu l’an dernier 3,5 M€ à des investisseurs. Ces derniers, auxquels appartient le chef d’entreprise ligérien Patrick Desmonnet, ont bon espoir que le site, dont une petite partie est encore occupée par la PME Magicut Ultra Tools (héritière de Demurger) sera libéré début 2016. « Le projet est en cours de montage, les demandes de permis de construire seront déposées à partir de septembre, parallèlement à la mise en commercialisation », explique-t-il.

Une fois démolie, une partie des bâtiments et d’autres rénovés, entre la RN 7 et le bassin de l’Oudan, quelque 15 000 mètres carrés, devraient être disponibles. Ce sera une zone mixte comprenant à la fois des activités industrielles, tertiaires, artisanales et commerciales. Concernant ce dernier volet, Patrick Desmonnet, qui dirige IDP Développement, indique que sont actuellement pressenties les « implantations d’une surface alimentaire de près de 1 000 m2 et d’une enseigne de restauration rapide de taille comparable. La liste reste ouverte, mais cet espace multi-activités sera aussi ouvert à des sociétés artisanales et industrielles », précise-t-il. Dans le meilleur des cas, l’investissement global, estimé à une dizaine de millions d’euros, pourrait être terminé sur l’année 2017. Du côté de Magicut Ultra Tools, en redressement judiciaire et dont l’effectif vient d’être réduit de moitié, à 42 salariés, Michel Vacaresse, le secrétaire du comité d’entreprise, qui fait partie des licenciés, exprime des doutes quant à la capacité de l’entreprise de financer un déménagement dont il évalue le coût entre 0,7 et 0,8 M€.

D.M.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide