Fermer la publicité

EELV cherche toujours une alliance à gauche

Loire le 09 janvier 2015 - Daniel BRIGNON - Politique - article lu 272 fois

EELV cherche toujours une alliance à gauche
DR - Nicolas Patureau confiant dans la perspective d'union

Regrettant l'échec d'un accord des forces de gauche en vue des élections départementales, Europe Écologie les Verts se tourne vers des accords locaux.

EELV se situe volontiers en « trait d’union » des gauches entre le Parti socialiste et le Front de Gauche, qu’il n’a pas réussi pourtant à rassembler dans un accord départemental pour des candidatures d’union aux élections départementale de mars. Le Front de gauche s’est désolidarisé du projet, « indiquant le 16 décembre qu’un accord départemental n’était pas envisageable avec nous », explique Nicolas Patureau, secrétaire départemental d’EELV.
En revanche plus près du terrain, autrement dit dans les cantons, « le Front de gauche ne s’oppose pas à un accord avec nous et le parti socialiste », comme à Firminy où Marc Petit envisage un suppléant d’EELV, dans l’Ondaine encore où un suppléant EELV serait sollicité pour le ticket Christine Cauët-Marc Petit. À Saint-Just-Saint-Rambert, « une candidature issue d’une dynamique locale réalise l’alliance du Front de gauche, du PS et d’EELV, c’est plus facile en territoire rural ». Le candidat pressenti d’EELV : José-Louis Théry.
A Saint-Étienne en revanche, « on continue à discuter, rien n’est calé pour l’instant, poursuit Nicolas Patureau, on doit se revoir le 14 janvier et nous n’imaginons pas d’échouer dans la stratégie d’union que nous estimons nécessaire pour ne pas multiplier les candidatures, condition indispensable pour parvenir au deuxième tour, dans une élection qui s’avère difficile pour les forces de gauche. »
EELV n’écarte pas l’hypothèse en effet de présenter ses propres candidats en cas d’échec d’une candidature d’union recherchée encore par EELV dans le Roannais et dans le Gier.
« EELV a toujours eu des candidats au cantonales qui ont obtenu des scores honorables de 10 % à 12 % », même si le parti écologiste ne dispose aujourd’hui d’aucun sortant dans l’assemblée départementale.


Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide