Fermer la publicité

Conseil départemental de la Loire : vers la constitution de trois groupes

Loire le 02 avril 2015 - Daniel Brignon - Politique - article lu 815 fois

Conseil départemental de la Loire : vers la constitution de trois groupes
Daniel Brignon - La nouvelle assemblée au complet

Le conseil général qui comportait cinq groupes politiques devrait sous sa nouvelle forme de conseil département n'en inscrire que trois, selon ce qui se dessine dans les discussions engagées dans les couloirs de l'assemblée départementale. Rien n'est toutefois pour l'heure assuré.

Du côté de la majorité départementale, l’unité reste la règle selon l’accord global de campagne au sein de l’UPL, Union la Loire qui devrait naturellement reconduire le groupe éponyme, désormais de 28 membres, sans être écorné cette fois par le groupe Indépendance et démocratie, qui dans la dernière mandature comportait 5 membres. 4 membres de cet ancien groupe n’étaient pas candidats à la nouvelle assemblée. Le seul élu subsistant, Jean-Claude Charvin, qui s’y était associé à la dernière mandature, n'envisage pas de poursuivre le projet.

À gauche, les 14 élus de la tendance, devraient à nouveau se partager en plusieurs sensibilités, sans pour autant rétablir les trois groupes antérieurs. L’ancien groupe Démocrate et socialiste y sera rétabli pouvant compter sur au moins 9 membres. Le groupe Gauche républicaine qui s’était formé en 2013 par sécession du précédent avec 3 élus pourrait trouver un prolongement autour de Jean Bartholin, qui assure compter 3 élus nécessaires pour constituer un groupe, dans la mouvance du club À gauche autrement. Objectif : garder une liberté de parole s’inscrivant « contre le cap donné par le gouvernement sur le volet économique et social et sur le volet de la réforme territoriale ». Cette ébauche de groupe, pourrait s’élargir aux élus de l’ancien groupe Gauche citoyenne – Front de gauche, dont il demeure Marc Petit, qui cherche lui aussi à réunir un deuxième groupe autonome à gauche. Les discussions sont en cours pour trouver une base commune, « partager la même base éthique », condition que pose Jean Bartholin.

 

Daniel Brignon



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide