Fermer la publicité

Démarrage satisfaisant pour « Forum Saint-Etienne »

Loire le 31 juillet 2015 - Denis Meynard - Commerces - article lu 659 fois

Démarrage satisfaisant pour « Forum Saint-Etienne »
© Denis Meynard - « Forum Saint-Etienne » mise sur son département fournitures et livres scolaires à l'approche de la rentrée.

Dix-huit mois après sa reprise par trois salariés, l'autre librairie de la rue Michel-Rondet se porte plutôt bien.

L’ex Librairie Chapitre, rebaptisée « Forum Saint-Etienne », a progressivement retrouvé un niveau satisfaisant d’activité, dans le cadre de son redémarrage sous forme d’entreprise indépendante depuis le 1er février 2014. Les trois ex-salariés du magasin placé en dépôt de bilan en 2013 (comme les dizaines d’autres alors contrôlés par le groupe Actissia), ont investi ensemble 500 000 € dans la reprise de la librairie installée dans un ancien casino lyrique, qui offre plus de 900 m2 de surface de vente sur deux niveaux. Avec des économie réalisées en informatique et en logistique, le premier exercice atteint l’équilibre, il est même légèrement bénéficiaire, avec un chiffre d’affaires de près de 2 M€ sur onze mois.

« Sur 2015, il devrait être proche de 2,5 M€ car les stocks étaient vraiment très bas en début d’année dernière », se souvient Radouane Taghbalout, un des trois salariés devenus actionnaires avec ses collègues Gérarld Escudero et Maria Defour (présidente de la SAS MRG). Ensemble, ils détiennent 95 % du capital, le reste est entre les mains de l’Association pour le développement de la librairie de création (Adelc).

« On rentre maintenant dans le dur car il faut un important fonds de roulement, surtout les premiers mois de l’année où l’on a les plus gros règlements à faire à nos fournisseurs », déclare Radouane Taghbalout, également responsable du département papeterie. « La menace de fermeture a boosté toute l’équipe, y compris ceux qui sont restés salariés, qui se sont beaucoup investis au moment de la reprise », note-t-il. Tout en saluant l’attitude de La Librairie de Paris, voisine et concurrente, qui « nous a tendu la main, en nous dépannant lorsque nos stocks de livres étaient très bas ».

Denis Meynard



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide