Fermer la publicité

Délinquance : en hausse mais des signaux positifs

Loire le 08 juin 2015 - Emilie Massard - Collectivités locales - article lu 364 fois

Délinquance : en hausse mais des signaux positifs
Georges Rivoire - 125 policiers municipaux sont dotés d'une arme à feu dans la Loire

Avec 36 173 crimes et délits dans la Loire en 2014, les chiffres de la délinquance connaissent une hausse de 4 % par rapport à l'année précédente. Pour autant selon Fabien Sudry,préfet de la Loire nouvellement arrivé, il y a des signaux positifs, et notamment dans le quartier de Montreynaud depuis son classement en zone de sécurité prioritaire (ZSP).

« Les chiffres de la délinquance placent la Loire au 22e rang des départements français », note Fabien Sudry, préfet de la Loire. « La Loire reste moins exposée à la délinquance que d’autres départements qui ont la même strate de population. » Avec 36 173 crimes et délits commis dans le département en 2014, les chiffres de la délinquance connaissent une hausse de 4% par rapport à 2013.

Si l’on regarde dans le détail, on note une stabilisation des atteintes aux biens, alors qu’en 2013 cette catégorie de délits était en hausse. Les vols à main armée sont en baisse significative et les cambriolages, après une hausse importante en 2013, se stabilisent et sont même en baisse en zone gendarmerie. « C’est le résultat mené par les services de police, estime Fabien Sudry. Les opérations anti-délinquance sur les routes, la coopération avec les professions touchées par les cambriolages (agriculteurs, commerçants, etc.) mais aussi les conventions signées avec les collectivités pour créer des réseaux de citoyens volontaires (20 communes ont adhéré en 2014). » En 2015 la tendance semble se poursuivre avec des baisses plus significatives puisque sur les premiers mois les atteintes aux biens sont en baisse de 14 % et les cambriolages de 20 %.

Du côté des atteintes aux personnes en revanche, les chiffres sont plutôt en hausse. 5 127 faits en 2014 contre 4 759 en 2013, soit une hausse de 7,73 %, avec une hausse plus marquée en zone gendarmerie, et une augmentation particulièrement importante des violences à caractère sexuel. « Ces chiffres sont dus à plusieurs phénomènes, à commencer par une meilleure révélation des faits, note le préfet. Les victimes hésitent de moins en moins à porter plainte. Mais ils sont aussi révélateurs d’une forme de tension de plus en plus grande dans les rapports sociaux. Si les violences aux personnes sont en hausse en zone gendarmerie, c’est aussi parce que la population y augmente de manière significative. On peut également noter que dans la Loire, le taux d’élucidation des faits est en moyenne plus élevé qu’en France. »

La ZSP commence à porter ses fruits

Les faits de violence urbaine sont plutôt en baisse dans la Loire, et notamment dans un secteur qui retient l’attention du préfet, à savoir le quartier de Montreynaud à Saint-Etienne. Les chiffres de la délinquance du seul secteur classé en zone de sécurité prioritaire (ZSP) dans la Loire sont en effet observés à la loupe. « L’action des services de l’Etat se fait en complément avec la rénovation urbaine et la politique de la ville menée dans le quartier, précise le préfet. Nous avons un partenariat très fort avec les autorités judiciaires et les autorités locales, mais aussi les services sociaux, les services municipaux, les associations, etc. La présence des différents services de police est aujourd’hui plus adaptée. Résultat, en 2014 on note que les actes de délinquance sont en recul, et sont moins graves ».

Les vols et cambriolages sont en effet en baisse depuis la mise en place de la ZSP, et les faits de violences urbaines, qui restent d’ampleur limitée, sont passés de 109 en 2012 à 86 en 2014. Les violences entre personnes sont également en baisse, et les quantités de drogues, notamment de cannabis, saisies par les autorités, sont en hausse. « L’action répressive se conjugue avec la volonté de maintenir un lien constant avec la population, pour permettre un mobilisation autour d’une vraie tranquillité publique. L’action mérite d’être poursuivie et consolidés, les résultats sont encourageants même si on ne peut pas dire que tous les trafics soient éradiqués, il faut notamment être vigilant à la possibilité de transfert vers d’autres secteurs ».

Emilie Massard

Police municipale : en majorité armée

Dans les communes de la Loire, des conventions sont passées avec le préfet pour définir les missions de la police nationale et de la police municipale et leur niveau d’armement. La Loire compte a 209 policiers municipaux dont 195 dotés d’une ou plusieurs armes. Mais le terme « arme » regroupe aussi bien le revolver que la bombe lacrymogène. 125 agents sont dotés d’arme à feu, 175 de bombes lacrymogènes et bâtons de défense, 4 d’un Taser et 2 d’un Flashball. Les agents armés sont concentrés dans 19 communes et sans surprise les communes les mieux équipées sont Saint-Etienne, avec 125 armés, et Saint-Chamond avec 18 agents armés.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide