Fermer la publicité

DEBAL Cap: Le débardage prend de la hauteur

Isère le 02 juin 2015 - David MERLE - Région grenobloise - article lu 279 fois

DEBAL Cap: Le débardage prend de la hauteur
FCBA - DEBAL Cap, le débardage par aérostat.

Prenez un aérostat, ajoutez une motorisation électrique, vous obtenez un système de débardage par ballon captif à propulsion électrique. Porté par l'Institut Technologique FCBA (Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement), le projet présentera un prototype en démonstration, baptisé DEBAL Cap, lors de la Fête de la forêt, du 12 au 14 juin prochain, à Lans-en-Vercors.

Fruit de la Recherche & Développement sur les aérostats et l’utilisation de l’énergie électrique, le concept de débardage (opération de transport des arbres abattus du lieu de coupe au point de dépôt) par ballon captif à propulsion électrique, fait l’objet d’une collaboration tripartite. Numéro 1 mondial de la construction de ballons d’éclairage, la société Airstar, sise au Champ-prés-Froges en Isère, développait dès 2011 un prototype de ballon captif et motorisé, adapté au débardage en zone de montagne. ECHOFORET, société fondée en 2010, à Samoens en Haute-Savoie, mettait son expertise de l’exploitation forestière au service du projet. Enfin, le volet de la propulsion électrique était à la charge du CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) de Grenoble. 

Marché mondial

L’ingéniosité de DEBAL Cap permet d’emblée de viser le marché mondial. Sa capacité à mobiliser plus de bois dans des zones difficiles d’accès, et ce, sans nécessiter la réalisation de nouvelles dessertes, confère à ce système un réel avantage sur les concepts traditionnels de débardage. Ajoutons que DEBAL Cap protège les sols et la biodiversité, tout comme il minimise les émissions carbone, la récupération de l’énergie à la décharge permettant d’envisager une autonomie de fonctionnement. Le financement du projet est assuré par le Département de l’Isère, l’Assemblée des Pays de Savoie, le programme POIA (Programme Opérationnel Interrégional des Alpes) et le SERFOB (Service de la Forêt et du Bois) Rhône-Alpes. Le premier prototype opérationnel est attendu pour 2018.

David Merle



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide