Fermer la publicité

Métropole de Saint-Etienne : de 300 à 330 M€ pour le renouvellement urbain

Loire le 03 mars 2017 - Sophie Bonnevialle-Chesneau - Collectivités locales

Métropole de Saint-Etienne : de 300 à 330 M€ pour le renouvellement urbain

Un protocole de préfiguration pour le prochain volet de l'Anru a été signé le 23 février dernier au siège de Saint-Étienne métropole, en présence du ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner.

« La politique de la ville est souvent décriée, jamais remplacée ». Le ministre a ainsi débuté son discours lors de la signature du protocole de préfiguration. Il a rappelé les différentes actions réalisées dans le cadre de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine, Anru I (2005-2015), notamment pour l’habitat : « A Saint-Étienne,

2 000 logements sociaux ont été détruits, 1 600 reconstruits », a lancé le ministre à propos de ces opérations débutées en 2005, pour un montant de 455 M€ dans l’agglomération stéphanoise. « Nous sommes ici pour continuer ».

Pour cela, une enveloppe de « 300 à 330 M€ pour les 10 ans à venir, dont une grande partie sur la ville de Saint-Étienne » devrait être débloquée d’ici un an, selon Gaël Perdriau. Ces crédits bénéficieront à six quartiers de l’agglomération stéphanoise, en matière d'amélioration des logements, des espaces publics, des équipements scolaires, des crèches ou des commerces.C’est l’Agence nationale pour le renouvellement urbain qui a défini les quartiers bénéficiaires. Deux quartiers ont été qualifié « d’intérêt national » : Montreynaud et Tarentaize-Beaubrun à Saint-Étienne. Quatre quartiers ont été listés comme étant « d’intérêt régional » : La Cotonne-Montferré et les Quartiers Sud-Est à Saint-Étienne mais aussi les centres-villes de Saint-Chamond et de Rive-de-Gier.

La signature lançait non pas les travaux, mais les études techniques qui vont spécifier les besoins de chaque quartier et ses priorités. Le coût de cette phase d’étude qui durera un an : 1,4 M€. Gaël Perdriau, qui souhaite que l'on « aille vite » a rappelé que les crédits de l’Anru I avaient tous été consommés, détaillant les différentes réalisations comme la pépinière d’entreprises de Montreynaud, l’aménagement de la place du forum que le ministre a part ailleurs visitée. Le maire a toutefois fait part de son regret « que les effectifs de police dans ce quartier soient trop légers ».

A l’issue des études, une convention financière sera signée, elle définira les montants précis alloués à chaque chantier. En tout, selon le maire de Saint-Étienne, une « trentaine de projets devraient être réalisés dans ces quartiers ».

Sophie Bonnevialle-Chesneau

 



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide