Fermer la publicité

David Rigault, directeur de cabinet de Saint-Etienne Métropole

Loire le 08 mai 2014 - Mathieu Ozanam - Agglomération stéphanoise - article lu 3300 fois

David Rigault, directeur de cabinet de Saint-Etienne Métropole
David Rigault, directeur de cabinet de Saint-Etienne Métropole (© Mahtieu Ozanam)

La seule infidélité qu’il ait sans doute commise dans son parcours, c’est d’avoir quitté Roanne, sa ville d’origine, pour venir suivre ses études à l’université Jean-Monnet de Saint-Etienne.

Inscrit à partir de 1997 dans un cursus d’histoire, il double sa licence d’histoire d’une licence d’histoire-géographie pour mieux se préparer au Capes. Son mémoire d’études, il le consacre au Dr Claude Louis Coutaret. « Je voulais écrire une biographie et ce médecin au cœur du XIXe, qui a été conseiller municipal, avait piqué ma curiosité. Il se trouve au moment de transition entre la médecine de campagne et une médecine plus scientifique. » A ce stade deux options se présentent à David Rigault : la recherche historique ou le concours de l’agrégation. Il choisit de tenter la voie du journalisme avec une MST (maîtrise de sciences et techniques). Il a pour professeurs Philippe Goyon, Patrick Françon et… un certain Michel Royon en économie. Il alterne les périodes de stages : à FR3, Radio Scoop, La Gazette de la Loire et le service communication de Saint-Etienne. Pendant deux ans il sera pigiste pour le magazine de la Ville. Le congé maternité d’une collaboratrice du cabinet de Michel Thiollière lui offre l’opportunité de mettre un pied dans la maison. Il y croise alors Pierre Gauttieri (lire p. 5) qui part en 2006 au conseil de développement de Saint-Etienne Métropole.
De 2006 à 2008 David Rigault sera l’une des plumes de l’ancien maire. Arrive 2008 et la défaite de l’équipe municipale. La majorité devient l’opposition. Le poste de secrétaire général du groupe d’opposition Ensemble pour Saint-Etienne lui est proposé. « Il faut être polyvalent, s’occuper des relations entre les élus du groupe, préparer les dossiers de personnes qui ont par ailleurs une activité professionnelle. »
Ces six années de fidélité dans l’adversité pour le groupe de la droite et du centre sont récompensées avec sa nomination comme directeur de cabinet du président de Saint-Etienne Métropole. « J’avais le souhait de servir à l’agglomération car j’ai toujours pensé qu’elle a été sous-valorisée, estime son nouveau directeur de cabinet. Nous avons la volonté de donner de la visibilité à l’action de Saint-Etienne Métropole. » L’enjeu pour le mandat est de devenir une communauté urbaine, pour faire des économies d’échelle, bénéficier de nouvelles dotations d’Etat et accroitre ses domaines de compétence, en particulier sur les voiries et la gestion de l’eau. De beaux débats en perspective. « Il faut expliquer que l’on sera plus efficace ainsi, mais il faut faire en sorte que ce soit une décision partagée et portée par tous les territoires. L’idée est de dire aux maires qu’on est plus fort ensemble. Et pour les habitants qui ont l’impression que l’agglomération est une structure technocratique éloignée de leur préoccupation, il faut la rendre plus humaine. »

Mathieu Ozanam



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide