Fermer la publicité

Fête du livre de Saint-Etienne : Les jeunes journalistes d'un jour rencontrent Marie-Aude Murail

Loire le 06 novembre 2015 - Stella, Alice et Raphaëlle - Livres - article lu 517 fois

Fête du livre de Saint-Etienne : Les jeunes journalistes d'un jour rencontrent Marie-Aude Murail
Sandra Moulin - Stella, Alice et Raphaëlle en compagnie de Marie-Aude Murail

Dans le cadre de la Fête du livre de Saint-Etienne, des collégiens participent à l'opération « Journalistes d'un jour ». Stella, Alice et Raphaëlle, élèves de 4e du collège du Portail Rouge, ont interrogé Marie-Aude Murail.

Marie-Aude Murail, vous écrivez depuis 30 ans. Y a-t-il un auteur qui vous a influencée ?

Je suis une petite fille « Tintin ». Et vers votre âge, un petit peu plus tard, j'ai rencontré Charles Dickens - quand je dis rencontrer c'est parce qu'effectivement pour moi lire c'est une rencontre, mais il était un peu sous forme de squelette, car c'est un auteur du XIXe siècle ! Hergé m'a permis de m'embarquer et Dickens m'a dit pourquoi je lisais : pour rire, pour pleurer, pour aimer, pour sauver le héros !

Dans quelles conditions aimez-vous écrire?

J'ai été habituée à écrire dans de mauvaises conditions car j'ai été une mère de famille : j'ai pris l'habitude de sortir mon cahier comme d'autres mamans sortent leur tricot : j'avais pas toujours le temps de terminer mes lignes !

Le roman Oh, boy ! est un de vos plus grands succès. Expliquez-nous son titre.

« Oh boy » est une interjection américaine qui exprime la surprise, l'agacement, et toutes sortes d'émotions, qu'on trouve dans des comédies américaines. J'ai trouvé rigolo qu'un homosexuel s'exclame « oh garçon ! » à tout bout de champ.

Sauriez-vous expliquer son succès ?

Le succès est une chose mystérieuse, si on pouvait expliquer le succès, on ne ferait que des livres à succès.

Parmi les personnages que vous avez créés, lequel est votre préféré ?

Dans un livre où j'écris à la première personne, c'est le personnage-narrateur. Je m'attache aussi aux personnages qui reviennent : Nils par exemple, qui est un personnage d'enquêteur. Je m'étais promis qu'on vieillirait ensemble, mais j'ai vieilli beaucoup plus vite et donc je l'ai lâché en route ! Les personnages masculins me permettent de vivre ce qui ne m'a pas été donné par la nature (j'ai toujours pensé qu'on s'était trompé de genre à ma naissance !)

Quel intérêt trouvez-vous à rencontrer vos lecteurs ?

Je veux savoir si on a quelque chose à se dire, savoir quand je leur fais la lecture à voix haute ce qu'ils en pensent. Je ne peux pas travailler toute seule, moi, j'écris pour être lue !

Propos recueillis par Stella, Alice et Raphaëlle, élèves de 4e du collège du Portail Rouge. Avec Sandra Moulin, documentaliste.

 

Son dernier ouvrage : Pas si méchant, Marie-Aude Murail (illustrations Jean-Luc Cornette), Ker Editions, 2015.



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide