Fermer la publicité

Ordre des Experts-Comptables Rhône-Alpes : Damien Dreux est le nouveau président

Isère le 16 décembre 2016 - Laurent Marchandiau - Experts-comptables - article lu 347 fois

Ordre des Experts-Comptables Rhône-Alpes : Damien Dreux est le nouveau président
DR - Damien Dreux succède à Jacques Maureau à la présidence de l'Ordre des experts-comptables de la région Rhône-Alpes.

C'est dans un contexte particulier que Damien Dreux, nouveau président de l'Ordre des experts-comptables a été investi mardi soir à Lyon en présence de ses confrères. Succédant à Jacques Maureau, il devra non seulement préparer l'ordre en vue du rapprochement des régions Rhône-Alpes et Auvergne, mais aussi accompagner ses confrères dans les mutations numériques à venir. Entretien.

Vous venez d’être élu mardi soir à la tête de l’Ordre des experts-comptables Rhône-Alpes. Quel effet cela vous fait-il ?

Quelques années en arrière, je n’aurais jamais imaginé succéder à Jacques Maureau à la présidence de l’Ordre. C’est une fierté et un honneur d’en prendre la direction d’autant plus que c’est une profession qui me tient à cœur et que je pratique depuis plus de vingt ans. Mon investiture se déroule dans un contexte particulier du fait que ma mandature est de deux ans au lieu de quatre. La raison ? Le rapprochement des Ordres des deux régions Rhône-Alpes et Auvergne, avec comme perspective de nouvelles élections d’ici la fin 2018. La vie de l’Ordre des experts-comptables ne m’est pas inconnue. Je faisais partie de l’équipe de Jacques Maureau. C’est une charge importante et il n’est pas rare de fonctionner en binôme comme ce fut le cas lors de la mandature précédant celle de Jacques Maureau.

Quelles sont les missions de l’Ordre ?

Notre nouvelle équipe se compose de 30 élus représentant les 2092 experts-comptables de la région Rhône-Alpes. Rattachés au Conseil supérieur de l’Ordre, nous disposons de missions différentes et réglementaires.  A savoir :  lutter contre l’exercice illégal ; veiller au bon respect de la déontologie dans notre profession ; gérer les litiges à travers la conciliation et l’arbitrage soit entre clients et leur expert-comptable ou entre confrères ; contrôler la qualité des experts-comptables de l’ordre dans une volonté d’amélioration de l’exercice de notre profession.

En dernier lieu, l’Ordre gère le « Tableau », c’est-à-dire les inscriptions/radiations des confrères et parfois même les administrations provisoires (en cas de décès par exemple.) Nous comptons également un comité de suivi visant à contrôler et accompagner les experts-comptables stagiaires (553 sur la région) jusqu’aux épreuves du Diplôme d’Expertise Comptable (DEC).

Et en dehors de ces missions régaliennes, en avez-vous d’autres ?

Nous assurons la formation des experts-comptables, la communication et l’attractivité notamment auprès des jeunes étudiants s’engageant dans un cursus lié à la finance ou au commerce afin de mieux faire connaître notre métier.

Quels axes forts souhaitez-vous impulser sous votre mandat ?

Je m’inscris dans la continuité de mon prédécesseur. L’enjeu va être de préparer le rapprochement des ordres de nos deux régions tout en sachant que l’Auvergne compte environ 280 experts-comptables contre 2092 pour Rhône-Alpes. D’autre part, j’ai créé une commission « numérique et boîte à outils. » De plus en plus, le numérique supprimera une partie des tâches en les automatisant telle que la tenue comptable. Il va falloir développer encore d’autres missions et renforcer notre position de premier conseil des entreprises.

Pour cela, il faudra faire évoluer nos collaborateurs, certains postes deviendront plus attractifs, car le conseil ne pourra plus être seulement exercé par l’expert-comptable. En somme, nous serons de moins en moins comptables, mais de plus en plus experts dans le conseil aux entreprises. La déontologie joue un rôle important dans notre profession et participe grandement à notre force : secret professionnel, indépendance, formation continue permanente.

Il faudra que l’on veille faire davantage respecter la déontologie. Par ailleurs, je poursuis la politique engagée par Jacques Moreau en particulier sur la représentation de l’Ordre dans les départements à travers des délégués départementaux qui deviennent dès à présent des vice-présidents délégués à raison d’un ou deux selon la taille du territoire.

Par exemple, sur le Rhône, ce sera Gilles Claus (Rhône Sud) et Stéphanie Gresle (Rhône Nord), en Isère, Pierre Schmidt et dans la Loire, olivier Romeuf (Loire-Sud) et Aurélie Fayet (Loire-Nord.) L’objectif est d’être plus proche de nos confrères en organisant des rencontres sur des problématiques données, ce que nous allons poursuivre et intensifier avec des 5 à 7 thématiques sur chaque département.

Un dernier mot ?​

Notre profession n’a été que peu impactée par la Loi Macron. Il faut savoir qu’il n’existe pas de numerus clausus dans notre métier, que les honoraires sont fixés librement, que la publicité est autorisée depuis plusieurs années ainsi que le démarchage commercial à condition que l’on respecte le code déontologique. Nous sommes déjà en libre concurrence. Notre secteur n’est pas en régression globalement avec toujours des difficultés de recrutement. Cependant les marges restent un peu plus tendues ces dernières années.

Propos recueillis par Laurent Marchandiau

L’Ordre des experts-comptables de la région Rhône-Alpes en chiffres

  • 2 092 experts-comptables répartis sur huit départements (soit environ 10 % du nombre total d’experts-comptables en France)
  • 2 352 sociétés d'expertise comptable et bureaux secondaires
  • 36 salariés d'AGC (Associations de Gestion et de Comptabilité)
  • 89 AGC (Associations de Gestion et de Comptabilité)
  • 553 experts-comptables stagiaires
  • 11 953 collaborateurs
  • 900 étudiants en filières : comptabilité et gestion
  • 1 Md€ de chiffre d'affaires sur la région Rhône-Alpes


À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide