Fermer la publicité

Décideurs - Jean-Paul Capitan prend la direction générale des services de Roanne

Loire le 24 avril 2014 - Aline Vincent - Roannais - article lu 1595 fois

Décideurs - Jean-Paul Capitan prend la direction générale des services de Roanne
Jean-Paul Capitan, directeur général des services de la Ville de Roanne (D.R.)

Jean-Paul Capitan n’est pas un inconnu des services de la mairie de Roanne puisqu’il y a déjà occupé des fonctions dans le secteur du social, l’un de ses domaines d’expertise professionnelle, lors du premier mandat d’Yves Nicolin.

Il travaillait alors auprès de Brigitte Durantet, de retour aujourd’hui dans la nouvelle équipe municipale. C’est de nouveau à lui que l’édile a souhaité faire appel pour lui confier la direction générale des services. A près de 58 ans, le directeur du territoire au développement social du Roannais au conseil général de la Loire (sans étiquette) a accepté la mission comme « un honneur et un challenge ». « Je ferai tout pour honorer la confiance qu’on place en moi », déclare-t-il.
Fils d’un agriculteur de Neulise, ce 2e d’une fratrie de 7 enfants s’est toujours vu inculquer qu’il n’y avait point de salut sans travail. « Notre père nous a toujours répété qu’on pouvait faire mauvais usage de l’argent, mais que les études, elles, ne sauraient jamais nuire ! » Enfant des 30 glorieuses où on ne connaissait pas encore le chômage, il entame après le bac un cursus d’éducateur spécialisé. Il occupera son premier poste en IME à Saint Martin-la-Sauveté, puis en milieu ouvert à Roanne dans le cadre de la sauvegarde de l’enfance. En 1989, suite à une rencontre avec Pascal Clément, celui-ci lui propose d’entrer au conseil général de la Loire qui recrute des profils comme le sien. « Toute ma vie a été le fruit de rencontres », observe-t-il aujourd’hui. Il quitte le secteur privé. Chargé de la coordination des travailleurs sociaux de la circonscription, il commence à s’intéresser à l’administration civile. C’est alors qu’il croise le chemin de la directrice de la Protection sociale qui lui suggère d’intégrer la prépa à l’Ena. Une réforme permet notamment aux salariés du privé depuis 5 ans d’accéder à cette voie élitiste par concours. Il réussit l’entrée en prépa mais rate au final le concours de l’Ena. Il a 36 ans. En poste au conseil général depuis moins de 2 ans, il a repris goût aux études et continuera de passer des concours. En 1995, à 39 ans, il s’inscrit à la faculté de Saint-Etienne et passe un DESS en conseil en développement local des territoires. Au même moment, il est élu maire de Cordelle. Il accomplira trois mandats consécutifs. Avant même de connaitre les desseins d’Yves Nicolin, il avait pris la décision de ne pas se représenter au dernier suffrage. « D’abord on ne peut pas truster indéfiniment cette fonction, et puis je risquais d’être frappé d’inéligibilité du fait de mes fonctions de cadre au conseil général ». Il a également été vice-président de la Copler de 2001 à 2014 en charge de la délégation Enfance et Jeunesse. Ce père de trois enfants aime la nature, le jardinage, l’apiculture en même temps que les voyages et à travers eux, la découverte d’autres modes de fonctionnement. Il aime aussi jouer le rôle de « passeur » de valeurs intergénérationnelles.

Aline Vincent



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide