Fermer la publicité

Anne-Marie Barret, second rappel au théâtre de Roanne

Loire le 20 novembre 2014 - Béatrice Perrod-Bonnamour - Spectacle, Théâtre - article lu 1236 fois

Anne-Marie Barret, second rappel au théâtre de Roanne
Anne-Marie Barret, directrice du théâtre de Roanne (D.R.)

En septembre 2008, Anne-Marie Barret était choisie comme directrice du théâtre, lors du départ de Bernard Saliba.

« J’ai assuré quatre saisons, puis suite à un audit, on a mis en place un nouveau projet. En  2012, on me confiait une autre mission. Abdel Selsaf était recruté. Suite à son départ, je suis passé devant un jury qui m’a retenue. Je n’oublierai jamais mon arrivée au théâtre en 1988, après avoir postulé pour un poste d’animateur-rédacteur au théâtre de Roanne.  Jean Auroux  m’avait reçue à l’Assemblée nationale. »
Originaire du Havre, Anne-Marie Barret dont le père travaillait aux balises et phares du Havre ne pensait pas à un avenir dans la culture. « Ma mère souhaitait que je devienne secrétaire, pour vite gagner ma vie. » Le Havre est une des premières villes à avoir une Maison de la culture lancée par André Malraux. La jeune fille pratique les associations d’éducation populaire, suit et donne des cours de danse. Grâce aux associations culturelles de la ville, elle assiste à la Cartoucherie au spectacle 1789 d’Ariane Mnouchkine, découvre Jérôme Savaray et le Grand Magic Circus, Peter Brook…   Grâce à un concours, elle est nommée directrice d’un centre de loisirs et échanges culturels. Elle participe avec des artistes à une fresque murale monumentale, sur les gens de la mer.
Elle déménage pour Colombes (Haut de Seine-Nanterre)  travaille à la direction des Affaires Culturelles. Rencontre difficile avec des jeunes des quartiers violents qui l’amènera à revoir son avenir qui passera par une autre ville.  Et en 88, la voilà à Roanne. Son cœur bat pour Michel, riorgeois, professeur des écoles, brillant trompettiste. «  J’étais fière  à l’idée de travailler dans un si beau lieu que ce théâtre à l’italienne. » Le directeur, Thierry Boré, passionné de danse contemporaine fait venir Gallotta, Maguy Marin, Dominique Bagouet… Les associations sont invitées. Eric Sadin remplace Thierry Boré. « Agrégé de philosophie, érudit, il aime les nouvelles technologies et l’insolite ! » Bernard Saliba succède à M. Sadin. « C’est un homme des services de la ville, grand amateur de musique, de pièces de théâtre et qui en termes de gestion s’y connaît. » Avec lui, A.-M. Barret, travaille en binôme, choisit la moitié de la programmation en se déplaçant à Paris, au festival d’Avignon et ailleurs.

Scènes en Rhône-Alpes

Bernard Saliba part en retraite, elle prend sa suite,  se fait l’avocate du théâtre pour qu’il soit reconnu parmi les 27 scènes labellisées de Rhône-Alpes. Puis on la décharge de la direction pour une autre mission.
Mais en début d’année scolaire, la voilà à nouveau directrice du TMR. « La programmation est celle d’Abdel Selsaf. Je continue à soutenir les associations, les compagnies en résidences. Nous avons un instrument de culture magnifique, il faut l’ouvrir à tous et surtout faire aimer le théâtre aux jeunes. »

Béatrice Perrod-Bonnamour



À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide